Ivry au coeur du Grand Paris – CM 15/10/15

Intervention Conseil municipal 15 septembre

Sandrine Bernard

 

Monsieur le Maire, Mesdames Messieurs, Chers collègues,

D’abord je voudrais vous remercier, Monsieur le Maire, de nous avoir invité à votre meeting. Nous avons bien reçus vos tracts dans nos boites aux lettres et entendu vos démonstrations. Je m’excuse donc par avance de devoir détonner quelque peu dans cette ambiance unanime.

I-                    Nous sommes amenés ce soir à nous prononcer sur le périmètre et la délimitation du futur Etablissement Public Territorial n° 12, comprenant les agglomérations CASA et Val de Bièvre et les villes en coopération territoriale du Grand Orly.

Or, vous nous proposez, non pas de voter sur le projet de décret du Préfet, mais de nous prononcer sur une délibération rejetant ce périmètre. Ce qui n’aide pas, vous en conviendrez, à simplifier le sujet déjà fort complexe.

Néanmoins, nous allons essayer d’y répondre le plus clairement possible.

Lire la suite

Discours de Sandrine BERNARD au conseil municipal d’installation

Mesdames, Messieurs, Chers concitoyens,

Je voudrais remercier les électeurs qui ont fait le choix de l’alternance.

Remercier tous ceux qui nous ont ouvert leur porte tout au long de cette campagne, qui nous ont accueillis, soutenus, accompagnés, encouragés, dans l’élaboration de notre projet et sur le terrain.

Remercier l’ensemble des militants, sympathisants, citoyens qui ont été au service des idées et des Ivryens depuis plus d’un an et demi, saluer les anciens collègues élus, les collaborateurs et l’ensemble des colistiers de la liste Choisir l’avenir, l’alternance socialiste, écologiste et citoyenne que j’ai eu l’honneur de conduire.

Je voudrais féliciter l’ensemble des Ivryens qui se sont exprimés lors de ce scrutin, quel que soit leur choix.

Lire la suite

Lettre aux électeurs

Madame, Monsieur, chers concitoyens,

Je remercie tous ceux qui, par leur suffrage, ont accordé leur confiance à notre liste et contribué à ce mouvement pour une alternance à gauche à Ivry.

Notre résultat de 21,5% des suffrages, bien au-dessus des pronostics, dans le contexte de défiance envers le Parti socialiste et envers toute la classe politique, est un encouragement et une confirmation que les enjeux mis en avant dans cette campagne et notre projet construit avec les Ivryens sont des réponses attendues aux questions locales.

Nous avons poursuivi un beau chemin ensemble. En six semaines, nous avons frappé à plus de 15000 portes, rencontré tous les commerçants de la ville, été présents devant toutes les écoles… Quel bel exercice démocratique que ce scrutin local où nous avons pu proposer à nos concitoyens un autre regard, une autre perspective et un autre projet pour Ivry. C’est cette offre politique socialiste, écologiste et citoyenne qui a permis à la gauche cumulée de faire un meilleur score qu’en 2008.

Le score du maire sortant, dont la mise en ballotage est un désaveu, reste élevé. Il confirme que le chemin est encore long pour convaincre que ce système n’est plus en capacité de répondre aux défis de notre ville et qu’un autre espoir existe à gauche.

C’est avec responsabilité que je vous annonce le maintien de notre liste au second tour de cette élection municipale. Cette décision collégiale a été prise alors que le PCF d’Ivry et ses alliés, de leur côté, nous ont fait connaître clairement et par écrit leur refus de tout rassemblement avec nous. Le désistement était inconcevable, il aurait mis fin à toute expression socialiste et écologiste au conseil municipal pendant les six prochaines années.

Nous avons posé dans cette courte campagne des questions importantes pour les Ivryens, soulevé des dysfonctionnements et des insuffisances. Face à notre candidature, nous avons vu monter un véritable réseau de déstabilisation (rumeurs, agressivité, procès en légitimité). Certains voudraient bâillonner le débat public, au risque de renforcer l’abstention et le vote extrême. La démocratie en a fait les frais ce dimanche. Nous appelons à la plus large mobilisation possible dimanche 30 mars.

De notre côté, nous sommes fiers d’être restés loin de ces pratiques. Emancipés, nous avons dit ce que nous avions à dire, librement, sur les sujets locaux qui concernent les Ivryens. Sans jamais nous en prendre aux personnes, jamais par la violence, toujours dans la dignité et le respect des règles électorales. J’y ai veillé tout au long de ces semaines. Voici l’image que nous voulons donner de la politique à nos concitoyens.

Ivry est riche d’une histoire et d’une identité forte, il n’est pas question de renier ce passé singulier. La majorité sortante peut s’enorgueillir, en 89 ans, d’actions remarquables et toujours appréciées dans le domaine social, culturel et des loisirs ; elle a, à une époque, brillé par son urbanisme utopique et visionnaire ; elle a eu son heure de gloire.
Mais aujourd’hui le constat est là : la majorité municipale communiste n’a pas vu le monde changer autour d’elle et en elle, n’a pas su quoi faire de la population qui se modifie, aspirant à plus de concertation et de transparence. Elle n’a tout simplement pas su se remettre en question. Les conséquences sont nombreuses (expropriations et préemptions injustifiées, logement social qui se dégrade, gaspillages). Il est grand temps de donner un nouveau souffle à notre ville.

Convaincus que si les choses continuent à l’identique, notre ville court à sa perte, que le véritable risque n’est pas de changer de majorité, mais bien de conserver la même, nous avons ainsi développé nos propositions avec méthode et conviction pour une ville plus agréable à vivre, plus respectueuse de ses habitants, pour un renforcement des services publics justes, plus efficaces, transparents et économes.

Notre projet porte en lui les valeurs du développement humain, de l’inclusion sociale et de la diversité culturelle et politique. Il apporte des réponses aux défis d’aujourd’hui et aspire à donner un nouvel espoir à gauche à tous ceux qui ne se satisfont plus du système en place. Il est aussi un rempart contre la droite où certains, résignés, pourraient voir une issue. Si elle dénonce les mêmes faits, elle ne propose pas les mêmes réponses. Ne laissons pas la droite être la seule parole alternative à Ivry.

Ivry conservera, selon toute vraisemblance, le même maire dimanche prochain, mais nous devons être représentés le mieux possible au conseil municipal au cours de la prochaine mandature pour porter cette parole démocratique et de gauche, veiller au respect des engagements pris, protéger ceux qui ont besoin de nous.

Par notre belle et dynamique campagne, nous avons cristallisé l’attention autour de ce projet, de ce rassemblement, de sa cohérence et de sa détermination. Nous avons démontré que nous étions une alternative crédible pour Ivry et créé la perspective d’une alternance possible à gauche. Nous avons ébranlé la certitude de leur indiscutable légitimité.

Notre candidature maintenue au second tour, sortie des contingences partisanes, est devenue celle des Ivryens contre celle des appareils, celle du pluralisme et de la démocratie.

Je compte sur votre mobilisation et sur votre soutien.

Chaleureusement,
Sandrine Bernard

 

Annexe : Pour agir sur le quotidien, pour restaurer la confiance, nous avons proposé un contrat :

  • Pour renforcer la transparence et renouer avec la démocratie :

Alors que les comités de quartier ont été vidés de leur substance et de leurs moyens pendant ce mandat, nous voulons proposer une ville participative, ouvrir les comités de pilotage aux associations concernées, donner des moyens à l’opposition, créer une commission éthique, mettre fin aux avantages des élus ; nous voulons donner accès aux informations administratives et établir des critères et des procédures transparentes pour l’accès aux logements, aux crèches et aux services publics. Nous voulons mettre en place les cadres suffisants pour nous prémunir de la tendance que peut prendre tout pouvoir à décider seul et à s’octroyer des privilèges.

 

  • Pour moderniser nos services publics et renforcer l’efficience de notre action publique :

La gestion municipale, déléguée à une administration générale à court d’idées, végète ; de nombreux agents sont découragés ; ils subissent le verrou politique et souffrent d’un manque de confiance.
Il est temps de mettre fin à l’immobilisme, à l’inertie, à l’inefficacité. Nous proposons un plan d’économies. Chaque euro dépensé devant pouvoir être justifié. Nous proposons de rapprocher les services publics des quartiers, d’étendre les horaires de certains d’entre eux, de moderniser les démarches. Comment en 2014, pouvons-nous ne pas avoir le prélèvement automatique, ou les inscriptions en ligne ? Nous voulons simplifier la vie de nos administrés et améliorer la qualité de nos accueils.

 

  • Pour ancrer Ivry au cœur du Grand Paris, que nous considérons comme un pari audacieux et complet, une chance de donner une cohésion à plusieurs millions d’habitants et une opportunité de trouver des moyens de répondre efficacement aux enjeux. Il est temps de mettre fin aux égoïsmes locaux pour favoriser les solidarités territoriales.

 

  • Pour donner la priorité à l’enfance et aux jeunes.

Nous voulons mieux accompagner les enfants et les familles, face à l’échec, face au handicap ou aux accidents de la vie.

Nous appliquerons les rythmes scolaires en tenant compte des neuf mois de concertation écoulés. Je ne vais pas vous raconter, ce serait bien trop long, les soubresauts de mes relations avec le maire sortant dans le pilotage de ce dossier. Je peux juste dire qu’il n’a jamais eu l’intention de tenir compte de cette concertation. Nous devons profiter de ce dossier pour améliorer la qualité des accueils de loisirs : renforcer le management, remettre en cause la précarité des vacataires, renforcer le partenariat entre enseignants et animateurs, sans oublier les parents. Nous pouvons réduire les journées scolaires, concentrer les temps d’apprentissages sur les périodes de la journée les plus propices et offrir aux enfants un accueil gratuit, entre 15h30 et 16h30, incluant l’aide aux devoirs et des activités culturelles.

Nous donnerons la priorité à l’enfant et aux jeunes ! Ce qui caractérise une ville qui vit, une ville qui bouge, c’est la place qu’elle fait à ses jeunes générations, la reconnaissance qu’elle apporte à ses talents, pour leur autonomie, leur sécurité, leur visibilité, leur citoyenneté, leur bien-être et leur réussite !

Nous apporterons une attention au développement de la vie étudiante et veillerons à faire bénéficier à nos jeunes de cette opportunité d’avoir des établissements d’enseignement supérieur sur notre territoire.

Thorez disait de la « jeunesse, qu’elle est notre plus beau soucis ». Où sont les jeunes dans cette campagne ? Ils sont sur notre liste, ils sont à nos cotés, dans l’attente d’une équipe qui leur fasse confiance, aux antipodes du néant du mandat écoulé.

 

  • Pour une commune protectrice, pour l’égalité et l’accès aux droits, pour renforcer l’offre de soin, pour accéder à un logement décent !

L’un de nos premiers chantiers sera de redonner à l’OPH des moyens d’agir, pour entretenir son parc de logements et d’analyser cette liste d’attente pour résorber les dossiers les plus urgents. Nous mettrons fin à l’opacité.

 

  •  Pour un développement cohérent, équilibré et maitrisé de notre ville.

Nous voulons promouvoir une meilleure mobilité dans la ville, développer les espaces verts pour atteindre les 10 mètres carrés par habitant, programmer et entretenir les équipements publics pour maintenir notre niveau de service public. Pour cela nous réviserons le PLU et renégocierons les conventions d’aménagement avec les promoteurs.
Nous voulons retrouver une véritable qualité de vie à Ivry : en soutenant les commerces de proximité, en prenant à bras le corps les questions de tranquillité et de propreté, en soutenant les circulations douces. Ivry est une ville de droits, elle doit être aussi une ville de devoirs !

Avant toute chose, nous voulons construire une ville pour ses habitants et avec eux. Il n’est pas concevable que des projets de rénovation se fassent sur le dos de ceux qui y vivent. Tous ces habitants aussi, aiment leur ville. Nous veillerons à assurer chacun de ceux qui tiennent à rester à Ivry qu’ils y ont toute leur place.

Nous ferons de la redynamisation du centre ville, autour de Jeanne Hachette, l’un des grands chantiers de la mandature, en commençant par cesser toute préemption, par réoccuper les locaux vides et engager un grand débat public sur le devenir, les fonctions, le projet de centre que les Ivryens veulent.

Discours de Sandrine BERNARD au meeting du 21 mars 2014

5N5A9673
Mesdames, Messieurs, Chers amis,

C’est avec responsabilité et honneur que je conclus ce soir devant vous cette très belle campagne, engagée depuis six semaines, au nom des socialistes, des écologistes et des démocrates ivryens.

Dans quelques heures, nous rangerons nos cartes, nos tracts, nos affiches, nos k-way et nous nous en remettrons au suffrage des ivryennes et des ivryens. Quel bel exercice démocratique que ce scrutin local où nous avons pu offrir à nos concitoyens un autre regard, une autre perspective et un autre projet pour Ivry. Leur proposer une alternance à gauche.

C’est sans doute ce qui agace le plus autour de nous. J’entends circuler beaucoup de rumeurs, beaucoup de mensonges, tout aussi insipides les uns que les autres : que nous privatiserions les cantines scolaires, que nous supprimerions les colonies de vacances. Mes amis, soyons sérieux, tout ce que nous voulons supprimer à Ivry, ce sont les privilèges, l’opacité et l’immobilisme.

Face à cette candidature, nous avons vu monter un véritable réseau de déstabilisation. C’est normal. Nous dénonçons le système, nous touchons aux avantages = forcément, il se durcit. Mais prenons le positivement, il y a toujours un durcissement, avant l’écroulement.

Nous avons tous pu constater une grande agressivité à l’encontre de nos affiches, y compris officielles, ce qui est une infraction au code électoral. Visiblement, le fait démocratique n’est pas encore une valeur partagée par tous nos adversaires. Certains voudraient restreindre le débat public. Malheureusement, le seul résultat que peut engendrer ce type de dérapage, c’est de renforcer l’abstention.

Alors je vous propose en réaction que nous nous engagions tous ce soir à mobiliser, autour de nous, les indécis, les abstentionnistes, les déçus… Et que nous leur montrions dimanche à quel point la démocratie peut rayonner sur Ivry.

De notre coté, nous sommes, restés loin de ces pratiques. Emancipés, nous avons dit ce que nous avions à dire, librement, sur les sujets locaux qui concernent les ivryens. Sans jamais nous en prendre aux personnes, jamais par la violence, toujours dans la dignité et le respect des règles électorales. J’y ai veillé tout au long de ces semaines. Voilà l’image que nous voulons donner de la politique à nos concitoyens.

Mais fermement, implacablement, au fil des jours, nous avons démontré dans cette campagne : que nous étions déterminés, que nous étions prêts à prendre le relais de cette majorité. Et que nous étions capables de faire mieux qu’elle !

Ivry est riche d’une histoire et d’une identité fortes, il n’est pas question de renier ce passé singulier. La majorité sortante peut s’enorgueillir d’actions remarquables et toujours appréciées dans le domaine social, culturel et des loisirs ; elle a à l’époque, brillé par son urbanisme utopique et visionnaire ; elle a eu son heure de gloire.
Mais aujourd’hui le constat est là : cette majorité s’est endormie sur ses lauriers, elle vit de ses acquis. Elle s’essouffle, certains considèrent même qu’elle s’éteint et qu’il est grand temps, sans renier le passé, de lui donner un nouveau souffle.

Pour couper court à notre analyse, nos adversaires nous taxent d’anticommunisme. C’est une belle manière de rejeter tout débat. Comme si seuls ceux qui sont en place bénéficiaient de la légitimité de se maintenir à vie, les autres n’étant que des intrigants !

Ce n’est pas être anticommuniste que d’affirmer que tout ne va pas bien à Ivry. On est loin en réalité du communisme, quand une ville délègue à des promoteurs le devenir de ses administrés ; on est loin du communisme, quand on renonce à reconstruire l’une des écoles les plus déshéritées de sa commune, je parle bien sûr de l’école Makarenko, après l’avoir promis pendant 15 ans.
Et est-ce communiste que de se considérer propriétaire d’une ville et de ses voix ?

Non, mes chers amis, ces constats ne relèvent pas du fantasme ni d’une opposition artificielle. Ils sont appuyés sur les faits et les propos que vous nous avez adressés !
Notre ville n’innove plus, nous faisons face à un déficit d’imagination, à un défaut d’efficacité. L’espace public et le vivre ensemble se dégradent, la mixité est mise à mal. Le maire sortant refuse de prendre la mesure de ces réalités.

Il refuse toute politique de partenariat : c’est ainsi qu’on est passé à coté du PRE, de l’ANRU, du CLSPD et de la Politique de la ville ; ce repli sur soi, pour garder la mainmise sur tout, a privé les habitants depuis des années de financements et de coopérations, qui auraient pu leur être bénéfiques en termes d’emploi, d’éducation et de rénovation urbaine.
Le discours officiel, savamment huilé, décharge le maire de toute responsabilité ; tout est de la faute de coupables désignés, des patrons, à l’Europe, en passant par l’Etat et bien sûr la future métropole.

Je le dis, en tant qu’adjointe,
J’ai d’abord été en colère, de voir des dossiers construits dans la concertation et attendus par la communauté éducative, finir au placard, en raison de l’immobilisme des uns, du sectarisme des autres ou encore de l’incompétence des derniers : exit l’aide à la parentalité, jugée stigmatisante pour les parents ; exit les 600.000 euros que nous aurions pu obtenir pour accompagner de manière ciblée et sur mesure, donc individuelle (quel vilain mot !) les enfants en échec ou en décrochage, à travers un Programme de Réussite éducative ; exit le conseil des enfants, pas de moyens pour l’animer ; exit le guide des parents ; exit l’école Makarenko ; exit la sécurité des déplacements ! Je m’arrête là, je pourrais passer des heures sur le champ éducatif.

Mais il y a tout le reste :
Des réalisations à mille lieues des projets votés. Des engagements non tenu. Des pratiques douteuses.

Dans certains halls d’immeuble, où l’on a laissé s’installer un contexte insupportable pour les résidents, j’ai eu honte de l’inertie municipale. Face à la détresse de particuliers dont les biens étaient préemptés ou expropriés à 400 ou 700 euros du mètre carré, en raison de projets urbains dans lesquels ils n’avaient pas leur place, j’ai eu honte.

Je ne me suis pas engagée pour faire valoir un système qui broie, pour faire du mensonge un mode de gouvernance. Je me suis engagée pour servir l’intérêt général et être utile. Je n’ai pas mobilisé toute mon énergie pendant ces six dernières années, dans mon quartier, dans nos écoles, pour assumer notre impuissance collective à satisfaire nos administrés et en rejeter la responsabilité sur les autres. Je me suis mobilisée au contraire pour agir, pour changer leur vie, leur quotidien, pour améliorer les choses.

Voilà, mes chers amis, pourquoi nous en sommes là aujourd’hui. Avec les socialistes, qui ont refusé la résignation, avec nos alliés d’Ecologie Ivry-Seine-Amont, qui partagent ces analyses, avec tous les citoyens et les démocrates qui nous ont rejoint, nous avons décidé de dire STOP. Et nous tirons la sonnette d’alarme. Convaincus que si les choses continuent à l’identique, notre ville court à sa perte, que le véritable risque n’est pas de changer de majorité, mais bien de conserver la même.

Nous ne pouvons en effet continuer à jouer isolément du reste du monde, à accepter ce laisser aller, à prendre le risque du déclin de notre service public. Notre ville n’a pas vocation à devenir un camp retranché. Elle a besoin d’un changement rapide, d’une reprise en main. Ce sera difficile. Mais c’est possible et nous le ferons !

Notre ville mérite une équipe qui reconnaisse et valorise ces énergies, qui illumine ses citoyens, qui crée de nouveaux possibles.
Une équipe capable d’anticiper et de faire face aux grands défis qui nous attendent.
Une équipe capable de créer les conditions de la cohésion sociale, du développement humain et du vivre ensemble.
Une équipe à l’écoute, sachant trancher, assumer ses décisions et en rendre compte.
Une équipe qui incarne les valeurs de la République et la dignité de la fonction.
Une équipe qui impulse les transformations sociales nécessaires et mette en mouvement, en synergie les ressources dont elle dispose pour conduire ces changements.

Pour agir sur le quotidien, pour restaurer la confiance, nous vous proposons donc de passer un contrat.
Un contrat pour renforcer la transparence et renouer avec la démocratie :
Alors que les comités de quartier ont été vidés de leur substance et de leurs moyens pendant ce mandat, nous voulons proposer une ville participative, ouvrir les comités de pilotage aux associations concernées, donner des moyens à l’opposition, créer une commission éthique, mettre fin aux avantages des élus ; nous voulons donner accès aux informations administratives et établir des critères et des procédures transparentes pour l’accès aux logements, aux crèches et aux services publics. Nous mettrons en place les cadres suffisants pour nous prémunir de la tendance que peut prendre tout pouvoir à décider seul et à s’octroyer des privilèges.

Un contrat pour moderniser nos services publics et pour renforcer l’efficience de notre action publique :
La gestion municipale, déléguée à une administration générale à court d’idées, végète ; de nombreux agents sont découragés ; ils subissent le verrou politique et souffrent d’un manque de confiance.

Il est temps de mettre fin à l’immobilisme, à l’inertie, à l’inefficacité. Nous proposons un plan d’économies, chaque euro dépensé devant pouvoir être justifié, nous proposons de rapprocher les services publics des quartiers, d’étendre les horaires de certains d’entre eux, de moderniser les démarches. Comment en 2014 pouvons nous ne pas avoir le prélèvement automatique, les inscriptions en ligne ? Nous voulons simplifier la vie de nos administrés et améliorer la qualité de nos accueils.

Un contrat pour ancrer Ivry au cœur du Grand Paris, que nous considérons comme un pari audacieux et complet, une chance de donner une cohésion à plusieurs millions d’habitants et une opportunité de trouver des moyens de répondre efficacement aux enjeux. Il est temps de mettre fin aux égoïsmes locaux pour favoriser les solidarités territoriales.

Un contrat pour donner la priorité à l’enfance et aux jeunes.
Nous voulons mieux accompagner les enfants et les familles, face à l’échec, face au handicap, face aux accidents de la vie.
Nous appliquerons les rythmes scolaires en tenant compte des neuf mois de concertation écoulée. Je ne vais pas vous raconter, ce serait bien trop long, les soubresauts de mes relations avec le maire sortant dans le pilotage de ce dossier. Je peux juste dire qu’il n’a jamais eu l’intention de tenir compte de cette concertation. Nous devons profiter de ce dossier pour améliorer la qualité des accueils de loisir : renforcer le management, remettre en cause la précarité des vacataires, renforcer le partenariat entre enseignants et animateurs, sans oublier les parents. Nous pouvons réduire les journées scolaires, concentrer les temps d’apprentissages sur les périodes de la journée les plus propices et offrir aux enfants un accueil gratuit, entre 15h30 et 16h30, incluant l’aide aux devoirs et des activités culturelles.

Nous donnerons la priorité à l’enfant et aux jeunes ! Ce qui caractérise une ville qui vit, une ville qui bouge, c’est la place qu’elle fait à ses jeunes générations, la reconnaissance qu’elle apporte à ses talents, pour leur autonomie, leur sécurité, leur visibilité, leur citoyenneté, leur bien-être et leur réussite !
Nous apporterons une attention au développement de la vie étudiante et veillerons à faire bénéficier à nos jeunes de cette opportunité d’avoir des établissements d’enseignement supérieur sur notre territoire.

Thorez disait de la « jeunesse, qu’elle est notre plus beau soucis ». Où sont les jeunes dans cette campagne ? Ils sont sur notre liste, ils sont à nos cotés, dans l’attente d’une équipe qui leur fasse confiance, aux antipodes du néant du mandat écoulé.

Un contrat pour une commune protectrice, pour l’égalité et l’accès aux droits, pour renforcer l’offre de soin, pour accéder à un logement décent !
L’un de nos premiers chantiers sera de redonner à l’OPH des moyens d’agir, pour entretenir son parc de logements et d’analyser cette liste d’attente pour résorber les dossiers les plus urgents. Nous mettrons fin à l’opacité.

Un contrat pour un développement cohérent, équilibré et maitrisé de notre ville
Nous voulons promouvoir une meilleure mobilité dans la ville, développer les espaces verts pour atteindre les 10 mètres carrés par habitant, programmer et entretenir les équipements publics pour maintenir notre niveau de service public. Pour cela nous réviserons le PLU et renégocierons les conventions d’aménagement avec les promoteurs.

Nous voulons retrouver une véritable qualité de vie à Ivry : en soutenant les commerces de proximité, en prenant à bras le corps les questions de tranquillité et de propreté. On nous reproche de ne pas faire campagne contre la droite. Pour nous, la meilleure manière de ne pas faire lit de la droite et de l’extrême droite, c’est de cesser avec le laisser-faire et le laisser aller, c’est de renouer avec la fermeté républicaine, de mettre fin à ces situations inexcusables. Ivry est une ville de droits, elle doit être aussi une ville de devoirs !

Avant toute chose, nous voulons construire une ville pour ses habitants et avec eux. Il n’est pas concevable que des projets de rénovation se fassent sur le dos de ceux qui y vivent. Tous ces habitants aussi, aiment leur ville. Nous veillerons à assurer chacun de ceux qui tiennent à rester à Ivry qu’ils y ont toute leur place.

Nous ferons de la redynamisation du centre ville, autour de Jeanne Hachette, l’un des grands chantiers de la mandature, en commençant par cesser toute préemption, par réoccuper les locaux vides et engager un grand débat public sur le devenir, les fonctions, le projet de centre que les ivryens veulent.

A travers ce contrat, nous mettrons tout en œuvre pour faire d’Ivry de nouveau une ville agréable à vivre, préserver la mixité sociale, réduire les inégalités, favoriser la cohésion sociale et porter l’ambition d’un haut niveau de nos services publics.
Pour cela, nous voulons libérer les initiatives et la parole, faire vivre la diversité, mettre en synergie les richesses de notre ville. Les services publics locaux ne peuvent se passer de l’intelligence de chacun.

Dès les premiers jours, si nous sommes élus, nous agirons pour remettre en place la dynamique dont notre ville a besoin, avec une équipe restreinte et exemplaire, dans le respect des engagements que j’ai pris en signant la charte Anticor.

A bout d’arguments, nos détracteurs nous accusent de ne pas être de gauche. Mais être de gauche, mes chers amis, ce n’est pas refuser le débat démocratique en considérant qu’une ville nous appartient. Etre de gauche, c’est au contraire se remettre en question, refuser la fatalité, œuvrer pour mais surtout avec ses concitoyens (et non à leur place), renforcer l’accès aux services publics et porter les valeurs de progrès, de liberté, de laïcité et d’égalité.

Notre projet porte en lui les valeurs du développement humain, de l’inclusion sociale et de la diversité culturelle, il apporte des réponses aux défis d’aujourd’hui.

Mes chers amis,
Par notre belle et dynamique campagne, nous avons déjà gagné plusieurs étapes : nous avons cristallisé l’attention autour de ce projet, de ce rassemblement, de sa cohérence et de sa détermination. Notre candidature, sortie des contingences partisanes, est devenue celle des ivryens contre celle des appareils.
Nous avons remis l’avenir d’Ivry entre les mains de sa population.

Nous avons démontré que nous étions une alternative crédible pour Ivry et créé la perspective d’un autre possible. Nous avons ébranlé la certitude de leur indiscutable légitimité.

Quoi qu’il arrive dimanche soir, il y aura un avant et un après 23 mars à Ivry-sur-Seine.

Ca va bien au-delà d’une simple primaire. Je sens les ivryens prêts à se libérer face à un système à bout de souffle.

Il nous reste deux autres étapes, et non des moindres : arriver en tête au 1er tour et gagner le second. Pour cela, nous avons besoin de toutes les voix possibles dès le premier tour.

Mes chers amis, dimanche, nous pouvons lever un mouvement. Nous pouvons décider de continuer à l’identique ou de choisir l’avenir. Dimanche 23 mars, il y a un seul vote utile, c’est celui de l’alternance qu’incarne notre liste socialiste, écologiste et citoyenne.

On me dit bien seule… mais au contraire, comme vous pouvez le voir ce soir, je suis entourée et même très bien entourée. J’ai l’honneur de conduire une liste dont je suis très fière.
Une équipe motivée, compétente, renouvelée, une équipe disponible, diversifiée, une équipe soudée, qui a la volonté d’agir et des idées neuves, une équipe à votre écoute !
Je les appelle à me rejoindre.

Mes chers amis, je le dis, nous avons entendu les attentes et nous sommes prêts ! Prêts à changer le cours des choses, nous sommes prêts à faire d’Ivry cette ville intense et harmonieuse à laquelle nous aspirons tous, nous sommes prêts à offrir aux ivryens une vie meilleure.

Je vous remercie.