Agir pour l’égalité

La crise économique ainsi que la dissolution des solidarités traditionnelles aggravent la précarité de certaines franges de population. Les collectivités locales sont les premiers remparts contre la pauvreté et l’isolement. Comme sur l’éducation, nous défendons l’idée que l’action sociale est un investissement et non une charge.

Les associations et la ville sont reconnues à Ivry pour leur dynamisme, leur vigilance et leur sensibilisation à ces souffrances. Tout en déclinant le changement d’approche décrit plus haut, nous comptons poursuivre et valoriser les actions existantes.


Objectif 1 : Prévenir l’exclusion et la précarité

  • Entretenir une veille partenariale.

En lien avec le comité de pilotage « action sociale », valoriser et accentuer le travail de réflexion, d’innovation, de mise en commun, de veille du « collectif précarité », par des moyens d’action, de prévention et d’évaluation

  • Prévenir l’appauvrissement.

Pour cerner les phénomènes à l’œuvre, renforcer le rôle du Centre Communal d’Action Sociale et de l’observatoire municipal des familles dans l’analyse des besoins sociaux.

  • Prévenir le surendettement.

Informer sur le surendettement par une campagne annuelle de prévention et mettre en place un système d’alerte, en cas de dettes de logement ou de facturations municipales.

  • Prévenir l’isolement.

Initier des actions de vigilance contre l’isolement et de présence, par le développement du service civique à Ivry sur Seine.

Objectif 2 : Renforcer l’accès aux droits

Un des axes du prochain mandat sera la simplification des démarches et la mutualisation des espaces municipaux. Le premier accueil est fondamental, en particuliers pour des administrés confrontés à une multitude d’interlocuteurs et de démarches qui entravent l’accès au droit. Or, le non recours au droit est une réalité, qui appelle une volonté politique sans relâche et une vigilance accrue. Actuellement, en France, environ 30% des droits existants ne sont pas utilisés. Nous devons nous assurer que les aides sont accessibles à ceux auxquelles elles doivent bénéficier.

  • Créer un interlocuteur unique justice sociale.

En lien avec l’espace départemental des solidarités et au cœur de l’Espace municipal de médiation et d’accès aux droits (aide aux démarches, conseils juridiques, accès aux droits), permettre l’accès à un interlocuteur unique, commun aux divers services et institutions actives (Ville, Département, Caisse d’Allocations Familiales, Associations, Pôle emploi) et qui aura pour mission d’écouter et d’apporter aux citoyens les plus fragiles les réponses, documentations, l’aide administrative, le traitement et les prestations attendues. Cet interlocuteur fera le relais avec les autres services.

  • Editer une plaquette rassemblant l’ensemble des volets sociaux et améliorer l’accès en ligne aux démarches et aux interlocuteurs.

L’adage « nul n’est censé ignorer les droits » n’est pas suffisant s’il n’est pas associé à un réel accès aux droits. En complément de ce guichet, nous souhaitons créer un « Espace Municipal de Médiation et d’Accès aux Droits numérique », outil renforcé pour faire valoir les droits des citoyens (marches à suivre précise, références juridiques). Le respect des droits nécessite un combat individuel et collectif et un effort nouveau des collectivités.

  • Mettre en place une permanence de cet interlocuteur unique en soirée et un numéro vert.
  • Faire tourner un « solibus », sorte de guichet unique mobile, dans les quartiers avec des personnels polyvalents (travailleurs sociaux, conseillers en économie sociale et familiale) incitant le plus grand nombre à pousser la porte d’un service administratif.

Objectif 3 : Initier des projets individualisés

Nous souhaitons renforcer l’accompagnement proposé aux plus démunis. En collaboration avec les travailleurs sociaux et les agents municipaux, les membres du CCAS, nous proposons les mesures suivantes :

  • Renforcer le rôle du Conseil d’Administration du Centre Communal d’Action Sociale, dans le déploiement de l’aide sociale, en associant ses membres à l’attribution des aides (énergétiques, alimentaires, téléphoniques, hygiène) et au contrôle de la rapidité des réponses et de la construction des projets d’accompagnement.
  • Construire, sous la coordination du comité de pilotage, un projet d’accompagnement, un parcours social individualisé, centrés sur les capacités de la personne, en associant le demandeur aux choix, qui le concerne.
  • Créer une épicerie solidaire, pour se fournir en produits de première nécessité et de la vie quotidienne, sous condition d’éligibilité.
  • Encourager les initiatives des associations venant en aide aux plus fragiles (par exemple avec l’attribution d’un local adapté, pour l’accueil de jeunes majeurs isolés).
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés