Le renforcement de la qualité de vie pour les Ivryens

Penser sa ville, ce n’est pas seulement la développer, c’est également garantir un traitement équilibré et harmonieux de l’ensemble de la ville, y compris par l’entretien et la rénovation de l’existant. C’est aussi vouloir proposer le meilleur à ceux qui y vivent, en leur garantissant la possibilité d’y avoir toute leur place, comme à ceux qui la rejoignent. Une ville propre, une ville dynamique, une ville agréable à vivre, écologique, ouverte, verte et « traversante », avec des respirations, des parcs publics, un espace public maîtrisé, des logements de qualité : voilà notre horizon.

Pour atteindre ces objectifs, nous voulons:

  • Modifier le plan local d’urbanisme afin de traduire dans les règlements les objectifs, orientations et préconisations du Schéma Directeur de la Région Ile de France(SDRIF), du Plan d’Aménagement et de Développement Durable(PADD) et de la Charte Eco quartier d’Ivry.
  • Renégocier des concessions d’aménagement des ZAC pour rééquilibrer leur programmation en faveur du logement en réduisant la part des bureaux qui ne trouvent plus preneurs et en impulsant une véritable dynamique de d’écoquartier. Il faudra imposer la diversité de fonctions notamment en implantant des entreprises non polluantes. (pépinières d’entreprises, hôtels d’entreprises).


Objectif 1 : Un espace public partagé

Donner une place à tous dans la ville, c’est faire en sorte que l’espace public, ce lieu où se construisent les liens entre l’ensemble des acteurs d’une communauté, soit pleinement apaisé et partagé. L’espace public ne peut n’être dédié qu’à à la circulation, il doit être adapté à tous les Ivryens, toutes les générations, et accessible à tous.

  • Harmoniser le mobilier urbain en insérant des clauses esthétiques dans les marchés.
  • Implanter davantage de bancs et favoriser les espaces où se rencontrer (terrasses, aménagements sportifs ou conviviaux,.)
  • Adapter des espaces pour les enfants, des espaces évolutifs appropriables pour les adolescents, des espaces isolés, en accès libre, protégés pour les jeunes. Une ville qui donne une visibilité à ses jeunes générations est une ville dynamique.
  • Favoriser une appropriation de l’espace public notamment en soutenant des projets issus des quartiers.
  • Pour un espace public réellement ouvert à tous, faire respecter les usages et réglementations : promouvoir le vivre ensemble et le civisme pour une ville qui s’aime et se respecte.

Objectif 2 : Une ville plus propre

Il est impératif d’engager avec détermination des actions dans les secteurs de la propreté et de la tranquillité publique, car la dégradation du quotidien des ivryens et le sentiment de laisser-faire se développent. C’est aussi l’image de notre ville qui en pâtit, et avec elle son attractivité, son rayonnement, ses dynamiques. Voilà bien l’un des problèmes majeurs des Ivryens.

  • Dresser un état des lieux complet, avec la liste précise des problèmes à régler et avec l’objectif de proposer une mobilisation citoyenne forte en faveur de la propreté.
  • Sensibiliser : l’entretien et le ramassage doit s’accompagner de l’introduction de sanctions effectives et graduées.
  • Amplifier les compétences des Agent de Surveillance de la Voie Publique sur l’environnement (déchets, dégradation, etc.…).
  • Augmenter le nombre d’agents assermentés.
  • Signer un protocole avec les partis et associations sur le respect des murs, du mobilier urbain et un partage des espaces dédiés à l’affichage associatif.

Objectif 3 : Une ville plus sûre

La sécurité n’est pas un confort ou un privilège mais l’un des droits fondamentaux auxquels aspirent tous nos concitoyens. L’insécurité, c’est une inégalité sociale.

Ivry fait partie des communes considérées par la préfecture comme un « territoire cible pour la mise en place d’une politique de prévention de la délinquance ». Mais le Maire sortant n’a jamais voulu exercer ses prérogatives en matière de prévention de la délinquance, considèrant que l’Etat doit accroître ses moyens et est seul à pouvoir jouer ce rôle.

Dans un rapport de la Chambre Régionale des Comptes du 28 mars 2011 pointant tous les dysfonctionnements de la ville sur « la sécurité publique », il est rappelé au Maire les termes de la loi de mars 2007 relative à la prévention de la délinquance, instituant le maire comme un des acteurs principaux de la politique de sécurité sur le territoire de sa commune, et au plan local comme pilote de la prévention de la délinquance. « Le maire concourt par son pouvoir de police à l’exercice des missions de sécurité publique et de prévention de la délinquance ».

Le Conseil Local de Sécurité et de Prévention De la Délinquance, CLSPD, créé en 2004, présidé par le Maire, dans lequel siègent le Procureur de la république, le Préfet, des représentants des services de l’Etat (Education nationale, Justice…), des associations et des personnalités qualifiées, n’a jamais vraiment fonctionné.
La politique de sécurité publique de la commune ne repose donc pas sur le CLSPD et est à ce jour dépourvue de toute forme institutionnalisée de concertation et d’échanges entre les différents partenaires concernés par la sécurité publique. Cet état de fait est en contradiction avec les objectifs du plan départemental de prévention de la délinquance, qui inscrit Ivry-sur-Seine parmi les communes qui « devront disposer d’un CLSPD actif, c’est-à-dire doté d’un conseil restreint réuni au trimestre ».

Il n’existe pas non plus de forme contractualisée d’engagements des partenaires, Contrat Local de Sécurité. Le Chambre régionale des compte précisaient : « Ces différents outils juridiques ne sont pas jugés utiles par la mairie, qui dispose de son propre maillage, qu’elle juge efficace, en ce qui concerne l’information sur la situation sociale de ses habitants et les difficultés émergentes ». Le maire sortant s’est enfermé dans sa logique doctrinaire au mépris des intérêts des Ivryens et en refusant ainsi tout concours de l’Etat. Il s’est mis « hors la loi ».

Nous revendiquons une approche globale de la tranquillité publique, sans dogmatisme et sans naïveté dans le strict objectif d’appliquer la “fermeté républicaine”.
Nos propositions sont construites autour de deux axes : la prévention et la proximité, la sécurisation de l’espace public et le respect de la réglementation.
a. La prévention et la proximité

Le maire s’appuiera sur le CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) pour mener à bien une politique de prévention de la délinquance.

Le maire conduira avec le Préfet et le Procureur de la République l’élaboration et la conclusion du Contrat Local de Sécurité de la ville d’Ivry (CLS)

Le CLSPD présidé par le maire, animera et assurera le suivi de la mise en œuvre du Contrat Local de Sécurité.

Il aura pour mission de :

  • Mener des analyses et des expertises à partir de la connaissance des événements qui provoquent de l’insécurité dans les quartiers.
  • Identifier les priorités et les engagements des partenaires associés à la prévention et à la lutte contre l’insécurité quotidienne
  • Rechercher et mettre en œuvre des moyens et des solutions pour répondre à ces situations d’insécurité par la mobilisation et en partenariat avec un réseau d’acteurs.
  • Élaborer le Contrat Local de Sécurité
  • Piloter le dispositif des Médiateurs de quartier
  • Mener des actions concertées avec un réseau partenarial: Bailleurs, Education Nationale, Police Nationale, Tribunal de Grande Instance, services municipaux et associés, associations d’habitants de prévention spécialisée …

b. La gestion de l’espace public et le respect de la réglementation

Nous reverrons aussi les dispositifs actuels et le rôle des agents œuvrant dans l’espace public. La ville est sale, les incivilités et dégradations sont courantes. Les dépôts sauvages et les voitures épaves se multiplient.

Nous étudierons et expérimenterons les dispositifs et les mesures coercitives à mettre en place pour redonner à la ville sa sérénité et son attrait.

  • Créer un pôle de tous les agents assermentés en charge du respect du territoire, de la tranquillité, et du civisme.
  • Expérimenter un système mutualisé de vidéo-protection pour les parkings souterrains de l’Office Public de l’Habitat et les réseaux de commerçants, artisans et médecins.
  • Repenser la question de la résidentialisation des immeubles de l’OPH.

C’est dans cet état d’esprit que nous étudierons la possibilité de mettre en place une police municipale dans un cadre communautaire, en tenant compte de l’’expérience menée actuellement à Vitry sur Seine et en lien avec la police nationale. Les rôles de chacune devront être strictement définis et complémentaires. Nous continuerons à revendiquer le renforcement des effectifs de police. Ses missions restent à préciser autour des axes suivants :

  • Contrôle de l’application des réglementations municipales
  • Application de loi sur les chiens dangereux
  • Nuisances sonores
  • Enlèvement des véhicules au statut abusif ou à l’état d’épave
  • Ilotage

Objectif 4 : Des déplacements apaisés et un stationnement facilité

Pour offrir aux Ivryens une meilleure qualité de vie, pour que nos rues soient des lieux de mobilité et des espaces à vivre, nous souhaitons des déplacements apaisés et des stationnements facilités. Notre objectif : renforcer la sécurité piétonne, la sécurité routière, les circulations douces.

Pour inscrire ces objectifs, nous réinitialiserons le Plan de Déplacement Urbain.
La réduction de la vitesse permet de renforcer la sécurité routière, de réduire les nuisances sonores et d’améliorer la convivialité des espaces publics pour le bien-être de ses usagers.

  • Maintenir la limitation de la vitesse à 50 sur les axes urbains structurants avec, lorsque c’est possible, une réduction du nombre de voies de circulation par sens. Supprimer les projets de création de nouvelles voies de transit et les projets de mise en double sens voitures des rues Jean-Jacques Rousseau et Molière, conformément aux préconisations du SDRIF.
  • Réduction de la vitesse à 30 km/heure dans les rues résidentielles, pour mieux faire cohabiter vie locale et trafic.
  • Aménagement de zônes à 20 km/heure et d’aires piétonnes dans certains secteurs, notamment le week-end, pour y renforcer la sécurité des piétons (notamment les abords des écoles), y développer le vivre ensemble et le dynamisme local (notamment commercial).
  • Renforcer les aménagements limitant la vitesse et réduisant la circulation.
  • En lien à Paris Métropole, obtenir le contournement des véhicules de transit.

Nous souhaitons, d’une part favoriser les modes de déplacements alternatifs en réduisant la place de l’automobile et d’autre part engager une politique ambitieuse de reconquête des espaces publics, pour une amélioration du cadre de vie :

  • Pour toute création, requalification ou réaménagement de voie urbaine (hors contrainte particulière), la part de la voirie affectée aux modes motorisés (circulation, stationnement et transports en commun hors site propre) sera limitée à 50 % de la largeur entre bâtis ;
  • Réalisation des aménagements permettant aux cyclistes et piétons de circuler sur toutes les voies, de façon continue et sécurisée, dans les deux sens : amélioration du dimensionnement, du revêtement et de l’accessibilité des trottoirs (avec une largeur minimale de 1,80 m, et 3 m sur les artères principales), création de bandes et double sens cyclables…).

Pour améliorer les conditions de circulation des modes actifs et transports en commun :

  • Formaliser des itinéraires cyclables et piétons continus et sécurisés sur tous les axes structurants et aménager des doubles sens cyclables (aujourd’hui, les voies cyclables représentent à peine 15% des linéaires) ;
  • Résorber les coupures urbaines qui empêchent les piétons et cyclistes de rejoindre en toute sécurité les différents quartiers d’Ivry et les villes voisines (avec, notamment, l’aménagement des Ponts Nelson Mandela) ;
  • Ouvrir les couloirs de bus aux vélos lorsque les contraintes du réseau viaire ne permettent pas d’insérer à la fois des aménagements en faveur des bus et des aménagements cyclables ;
  • Généraliser les « cédez-le-passage cyclistes aux feus rouges » sur l’ensemble des zones 30 afin de fluidifier la circulation des cyclistes (en leur permettant de tourner à droite, ou aller tout droit selon la configuration du carrefour, quand le feu est rouge et sous certaines conditions) et d’accompagner le développement du vélo en ville ;
  • Les aménagements urbains devront favoriser la circulation des transports actifs, collectifs et la sécurité des piétons, notamment pour les plus jeunes et les personnes à mobilité réduite.
  • Pour améliorer les liaisons piétonnes et transport intérieur entre les quartiers, poursuivre la pression sur les instances régionales pour démultiplier les passages des bus et du RER.
  • Obtenir l’ouverture d’une deuxième entrée d’accès au RER vers Gagarine-Charles Foix et Confluence.
  • Développer l’auto partage.

Le stationnement reste une préoccupation importante du quotidien, tant en raison des difficultés à trouver des places à proximité de chez soi que de son tarif élevé pour nos concitoyens.

  • Améliorer les conditions de stationnement 2 roues sur les espaces publics et dans les parkings, conformément aux préconisations du Plan de Déplacements Urbains d’Ile-de-France (PDUIF) ;
  • Réduire le tarif résidentiel à 1E/jour ouvré soit 20/22 euros par mois. Généraliser le stationnement payant dans l’ensemble de la ville en développant les places de stationnement, en sous-sol et en surface, pour qu’elles répondent aux besoins.

Objectif 5 : Une augmentation significative des espaces verts

Les espaces verts jouent un rôle fondamental. Dans un contexte de densification urbaine, seule une volonté politique forte peut imposer leurs créations ou leurs sauvegardes. Ivry est l’une des villes d’ile de France, les moins pourvues en espaces verts. Les projets de construction de logements, locaux d’activité et d’équipements ne doivent pas compromettre la végétalisation et la création d’espaces verts. Nous voulons porter, conformément aux objectifs fixés par le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France, une haute exigence pour notre cadre de vie afin d’atteindre 10m² d’espaces verts publics par habitant.

  • Elaborer une trame verte et bleue traversant la ville et ses quartiers, avec des lieux ouverts, traversants, pour tous âges, pour les mobiles et moins mobiles, des espaces jeux, des bancs.
  • Ajouter dans le tableau du PLU des emplacements réservés aux espaces verts publics anciens et nouveaux, avec indication détaillée de leur surface et de leur destination.
  • Aménager de nouveaux parcs, squares, jardins partagés… et les berges de la Seine.
  • Engager les services de la ville dans une dynamique de végétalisation et de fleurissement des quartiers. Impulser et promouvoir des actions de fleurissement des quartiers par les habitants y compris dans les espaces publics.
  • Plusieurs « zones en friche » subsistent, comme par exemple le long de la rue René Villars. La destinée de ces surfaces doit être rendue plus lisible. Surtout, le cas échéant, ces surfaces doivent trouver une vocation à court ou moyen terme.
  • Ouvrir au public les jardins du Fort d’Ivry.

Objectif 6 : Les berges de Seine : quelle ville au bord de l’eau ?

Les berges, qui sont de la compétence de la communauté d’agglomération, sont très mal exploitées. Nous souhaitons mieux les relier à la ville et les valoriser.

Ivry s’est construite au bord de l’eau, puis elle lui a tourné le dos, notamment après les inondations de 1910. Cette proximité avec la Seine offre toutefois des perspectives nombreuses, à l’heure où tout le quartier est en pleine mutation : transport, tourisme, respiration, activités économiques, vie nocturne…

Il nous faut apporter aux habitants des espaces de respiration et de convivialité au bord de l’eau et proposer une nouvelle continuité entre les berges et le tissu urbain d’Ivry Port, afin d’ouvrir le quartier sur la Confluence, d’offrir de nouveaux espaces piétonniers et de renouer le lien entre la ville et la Seine.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés