Un sursaut écologique

Objectif 1 : Une ville éco responsable

Il n’existe pas de manifestation suffisamment forte de la détermination de la ville au sujet de la transition écologique. C’est pourtant par la volonté politique que le changement peut s’opérer, ainsi que par une gouvernance optimale et de la pédagogie.


Nous affirmerons cette volonté par:

  • Un plan de réduction des pollutions et risques (réduction des émissions de gaz à effets de serre, des dioxines et particules fines, contrôle et amélioration de la qualité de l’air extérieur et intérieur
  • Le développement des énergies renouvelables (solaire, éolien, géothermie, biomasse).
  • La rénovation de 300 à 500 logements par an pour réduire la précarité énergétique et améliorer la qualité des logements
  • Le développement d’activités d’avenir, non polluantes, sur le territoire, favorisant les emplois liés à l’écologie et l’économie circulaire.

 

Une administration responsable :

  • Passer dès que possible aux transports collectifs ou doux pour l’ensemble des acteurs de la vie municipale.
  • Mettre en place une politique d’achat équitable : barquettes et matériaux biodégradables dans la restauration scolaire, augmentation des produits bio et issus de filières courtes.
  • Entretenir les espaces verts et la voirie sans pesticides ni PMR.
  • Recycler des eaux pluviales pour l’arrosage et le nettoyage des rues.
  • Revenir à une gestion publique de l’eau, en passant en régie publique au niveau de l’agglomération Seine-Amont. Lancer la pétition demandant la création d’un syndicat des eaux Paris Métropole.
  • Passer un contrat d’utilisation et d’emplacement Autolib.
  • Introduire des normes sociales et environnementales dans les cahiers des charges des marchés publics.

 

Pour le tri et valorisation des déchets :

Il est temps d’engager une véritable politique de réduction des déchets, de réutilisation et de recyclage pour préserver notre environnement et notre santé. Nous souhaitons agir avec détermination pour faire d’Ivry une ville modèle en matière de volume de déchets, pour tous les publics et de collecte sélective.

  • Sensibiliser les citoyens aux éco-gestes. Encourager et faciliter les gestes de tri.
  • Faire baisser le volume des déchets à la source en engageant des actions en direction des industriels, des commerçants et des artisans.
  • Améliorer et adapter les locaux poubelles à un développement du tri.
  • Inciter par la signature d’un acte d’engagement les partenaires économiques et sociaux à réduire les déchets et à contribuer au tri. Développement de l’économie circulaire.
  • Mettre en place une politique de réduction, recyclage et réutilisation des déchets. Atteindre un seuil élevé de tri sélectif et de valorisation des déchets (norme 65%). Fixer des objectifs de tri et établir une évaluation régulière.
  • Créer des lieux de compostage collectifs et introduire le compostage dans les restaurants scolaires.
  • Mettre en place une collecte séparée de biodéchets et de déchets fermentescibles…
  • Faire l’inventaire des entreprises polluantes, taxer les entreprises et commerces rejetant leurs déchets sur la voie publique, encourager par un label « ville verte ».
  • Faire réaliser une étude sur la mise en place de la redevance incitative sur l’enlèvement des ordures ménagères à Ivry et, si possible, sur l’ensemble de l’agglomération Seine Amont.
  • Faire l’inventaire des entreprises polluantes, taxer les entreprises et commerces rejetant leurs déchets sur la voie publique, encourager par un label « ville verte ».

 

Objectif 2 : SYCTOM : Non au TMB méthanisation

Actuellement composé d’un centre de tri, d’un centre d’incinération et d’une déchèterie, le SYCTOM traite les déchets ménagers de plus de 1 400 000 habitant, soit plus de 730
000 tonnes de déchets incinérés chaque année sur ce site et quelques 33 000 tonnes recyclées et réexpédiées.

Un projet prévoit de transformer le centre actuel en centre de valorisation organique et énergétique intégrant :

  • Une unité de tri mécano-biologique et méthanisation (TMB) des ordures ménagères résiduelles afin de les séparer et les traiter selon leur composition pour mieux les valoriser
  • Une unité d’incinération avec valorisation énergétique de la fraction combustible résiduelle des déchets (350 000 tonnes en 2023, 229 000 en 2050).

Or, l’incinération et le TMB méthanisation sont deux procédés de traitement des déchets qui sont, non seulement extrêmement couteux, mais aussi très dangereux pour la santé publique et pour l’environnement :

  • Loin de faire disparaitre les déchets par le feu, l’incinération est elle-même productrice de déchets solides (20 à 30%), en partie dangereux (résidus toxiques de combustion et de filtrage des fumées), voire très dangereux ; elle contribue à la production de gaz à effet de serre, en brûlant plastiques et sous-produits du pétrole notamment ;
  • Destiné à trier mécaniquement diverses fractions (recyclables, organiques, combustibles…) après collecte en mélange avec les autres ordures, le TMB méthanisation n’exclue pas l’incinération de la fraction non organique et ne constitue donc pas en soi une alternative ; du fait du mélange préalable, ce tri mécanique ne permet pas de valoriser les déchets, qu’il s’agisse des recyclables ou des biodéchets, contrairement à une collecte sélective, qui préserve la qualité du déchet.

Nous demanderons au Syctom l’abandon immédiat du projet d’usine de TMB – méthanisation sur le site d’Ivry Paris 13 et voterons un moratoire sur le projet de reconstruction de l’usine.

 

Objectif 3 : La transition énergétique dans le bâti

La démarche environnementale ne peut être seulement circonscrite aux nouveaux quartiers. Ivry doit s’engager résolument dans une politique de performance énergétique et de lutte contre la précarité énergétique sur l’ensemble de son territoire.

  • Effectuer un bilan des actions réalisées.
  • Définir un programme pluriannuel de réhabilitation thermique des bâtiments communaux et des chaufferies.
  • Suivre le tableau de bord des consommations énergétiques par bâtiment, et de l’éclairage public.
  • Accompagner les bailleurs sociaux (Office Public de l’Habitat, et autres bailleurs) dans la mise en œuvre de leur plan stratégique de patrimoine intégrant les mesures de lutte contre le Gaz à Effet de Serre. Réaliser des bilans d’étape.
  • Mettre en place un plan d’aide aux propriétaires privés pour lutter contre la précarité énergétique.
  • Susciter le ravalement des immeubles dégradés voir l’imposer (conformément à la loi) à certains propriétaires. Proposer un appui pour une mobilisation d’aides, étudier la possibilité et les conditions d’un soutien municipal aux propriétaires aux ressources insuffisantes.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés