Voilà à quoi sert l’opacité !

Nous venons d’apprendre, par la transmission d’articles de presse d’un journal que nous ne lisons habituellement pas, qu’entre 2009 et 2017 puis en 2019, la ville d’Ivry-sur-Seine a financé le montage, le démontage, le raccordement électrique et sanitaire, le chauffage et l’équipement d’un chapiteau de 800 à 1000 m2 à Berchères-sur-Vesgres, dans le pays de Dreux (28), à l’occasion du marché de Noël annuel de la communauté de communes.

Un compte rendu du Conseil municipal de cette commune en date du 15 décembre 2017 regrette l’arrêt du soutien de « nos sponsors » (ville d’Ivry-sur-Seine) pour 2018 avant qu’un autre du 11 octobre dernier ne se félicite de son rétablissement. Par ailleurs, l’édition de décembre 2017 des « Brèves de Berchères » décrit précisément la précieuse contribution de notre ville à ces agapes.

Cette action, qui n’a en revanche à notre connaissance jamais fait l’objet d’une communication en conseil municipal à Ivry, semble avoir été faite pour et avec l’association ivryenne « Les amis du Bourbonnais », qui y tenait un stand de vente de produits de l’Allier (foie gras, bocaux et son renommé pâté aux pommes de terre…). Chacun pourra reconnaître l’identité de ces « amis de la ville d’Ivry » sur les illustrations du journal « L’écho républicain ».

Le coût de cette opération peut être estimé à plusieurs dizaines de milliers d’euros. S’il s’agit d’une aide financière à la ville de Berchères, ou à son comité des fêtes, ne devrait-elle pas faire l’objet d’une délibération en conseil municipal ? Ou bien s’agit-il d’une aide en nature au bénéfice de l’association des amis du Bourbonnais, avec déploiement sur place du matériel et de l’ingénierie humaine de la ville d’Ivry ? Quelle contrepartie, quel objectif politique vise cette aide en nature consistant à l’installation de tout le marché de noël ? Rappelons que cette association, non subventionnée, ne fait l’objet d’aucune convention avec la ville ni donc d’aucun examen public de ses comptes.

Cela fait des années que nous demandons sans succès la transparence sur les avantages en nature accordés aux partenaires et associations de la ville.
Alors que le conseil municipal va entrer prochainement dans la phase d’examen du budget 2020 et que la ville semble s’engager dans la pratique des audits associatifs, nous exigeons que la lumière soit faite sur ces largesses.

Pour cela, le minimum serait la présentation exhaustive par la Ville des moyens humains, techniques (chapiteaux, cars, locaux, régie…) et financiers mis à la disposition, directement ou indirectement, de cette association, depuis sa création en avril 2005, tout comme de l’ensemble des organisations bénéficiant de moyens municipaux, ainsi que la publication de leurs comptes. En effet, la même attente peut être exprimée pour toute organisation bénéficiant de mise à disposition de locaux et matériel municipaux, sans recevoir de subvention, par exemple l’association Sacoval qui relève du même objet social, la promotion des saveurs régionales et organise annuellement un salon des vins à Ivry, avec un événement privé à l’attention des entreprises travaillant pour ou avec la commune.

Plusieurs politiques publiques (suppression de colonies, baisse des subventions aux associations) ont dû être mises en cause, du fait de ce contexte de restrictions budgétaire ; une explication et des justifications comptables s’imposent donc. Rappelons qu’il s’agit d’argent public.

En pièce jointe : les brèves de Berchères de décembre 2017, plusieurs articles de l’écho républicain, délibérations du Conseil Municipal de Berchères

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés