Intervention de Sandrine Bernard sur la rentrée scolaire – Conseil municipal de septembre 2013

IMG_9909
Monsieur le Maire,
Chers Collègues,
Mesdames et Messieurs,

La loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’Ecole de la République, qui a été votée par l’ensemble de la gauche, donne à cette rentrée scolaire 2013-2014 une tonalité bien particulière. Celle du redressement et de la justice, après des années de casse de l’Education nationale. Celle d’une mobilisation pour de meilleures conditions d’accueil et d’apprentissage dans toutes les écoles du pays. Celle enfin du début de la réconciliation des français avec leur système d’éducation, symbole de l’égalité républicaine et du progrès social, bien mis à mal ces dernières années.

Il s’agit de réparer les dégâts commis avant l’arrivée de la gauche au pouvoir mais également de répondre à l’ambition centrale de réduire les inégalités et de favoriser la réussite de tous nos enfants. C’est justement parce que c’est là que tout se joue que la priorité a été donnée à l’école primaire, à la fois en termes de moyens et de contenus.


Dans l’enseignement du premier degré, ce sont plus de 3350 postes d’enseignants qui ont été ouverts cette année afin d’accueillir au mieux nos enfants en cette rentrée. En plus de faire face à l’augmentation des effectifs, ces postes nouveaux permettront de développer la scolarisation des enfants de moins de trois ans, de renforcer considérablement l’encadrement des élèves avec l’opération « plus de maîtres que de classes » et enfin d’améliorer le remplacement des professeurs en cas d’absence. En plus du recrutement de nouveaux enseignants, de nombreux contrats aidés – on en annonce 10000 – vont permettre de renforcer l’assistance administrative et éducative dans nos écoles afin de soutenir nos professeurs dans leurs missions.

A Ivry, nous pouvons cette année parler d’une rentrée apaisée, sans difficulté particulière, dans nos écoles. Trois ouvertures de classe ont été prononcées à Môquet, Makarenko maternelle et Joliot-Curie élémentaire, pour répondre à des augmentations d’effectifs et une classe fermée à Makarenko élémentaire. Toutefois, certains effectifs restent élevés. Nous veillerons l’an prochain à obtenir un allègement du nombre d’élèves par classe de certains niveaux et de certains secteurs de la ville. Je pense notamment aux petites sections du centre ville.

L’accueil des enfants dès deux ans a été renforcé par l’ouverture d’un pôle dédié. Cette orientation vient conforter des efforts conduits depuis des années à Ivry pour maintenir l’accueil des tous petits dans nos écoles maternelles, bien qu’ils ne soient pas pris en compte dans les effectifs. Nous avons ainsi pu accueillir une centaine d’enfants l’année dernière. Ce sont cette année 28 enfants supplémentaires qui sont accueillis, dans 5 classes pleines ou dans des classes double niveau, soit 128 enfants en tout. Cet effort n’est pas seulement quantitatif puisque nous avons engagé des travaux d’aménagements et ouvert un poste d’ATSEM adapté pour ces très jeunes élèves au sein d’une nouvelle classe « pôle » qui vient d’ouvrir à l’école Joliot-Curie. Scolariser tôt les enfants, dans de bonnes conditions, facilite leur socialisation, leur entrée dans le langage et leur réussite scolaire. C’est encore plus vrai pour les enfants dont les familles présentent, pour des raisons sociales, culturelles ou linguistiques, un environnement moins favorable.

Ivry bénéficie désormais du dispositif « plus de maîtres que de classes » afin de prévenir les difficultés scolaires par un meilleur encadrement. Nous avons pu accueillir à l’école Makarenko un enseignant supplémentaire qui, en accord avec le projet élaboré par l’équipe pédagogique, pourra faire travailler les enfants en petits groupes et permettre de déployer une pédagogie innovante et adaptée.

Précisons que le RASED ne profite pas de cette tendance, disposant de moyens insuffisants depuis quelques années pour satisfaire aux besoins de l’ensemble de nos écoles : quatre postes de psychologue, un poste de rééducateur, trois postes de maître d’adaptation. Je maintiens le regret que cette réforme n’ait pas encore introduit de véritables ambitions autour de ces dispositifs d’aides aux enfants en difficulté dont nous avons toujours pu apprécier, à Ivry, le rôle.

Nous maintenons par ailleurs notre partenariat avec l’Education nationale au sein du dispositif USPP qui permet l’accueil sur temps scolaire d’enfants en situation de handicap ou de troubles du comportement. Ce dispositif fonctionne grâce au détachement d’un poste d’enseignant par l’Education nationale et à la mise à disposition de psychologues scolaire par la Ville. Un temps menacé, ce dispositif s’est vu confirmé.

Etant données les particularités du territoire ivryen, le dispositif CLIN devenu UPE2A (Unités pédagogiques pour les élèves arrivants et allophones) est maintenu avec un poste fixe à Maurice Thorez et un poste itinérant à caractère expérimental sur trois écoles.

Le poste dédié à radio-cartable a également vu son détachement confirmé quelques jours après la rentrée. Une génération supplémentaire de jeunes ivryens aura le plaisir de collaborer à ce projet d’éveil à la citoyenneté et à l’actualité et à une autre approche des apprentissages. Nous veillerons au cours de cette année à le pérenniser.

De la même manière, les élèves en situation de handicap n’ont pas été oubliés : des moyens supplémentaires leurs sont consacrés pour répondre à leurs besoins particuliers et les inclure pleinement dans la communauté scolaire. A l’échelle nationale, 28000 postes d’AVS devraient être progressivement professionnalisés et pérennisés, ce qui constitue une avancée notable. Le Ministère, qui a créé l’année dernière 1500 postes d’auxiliaires de vie scolaire individuels, en crée cette année 350 en plus de 8000 contrats aidés supplémentaires pour prendre soin des enfants en situation de handicap. A Ivry, une sensibilisation de l’ensemble des animateurs a permis de donner corps à cet objectif du Projet Educatif des centres de loisirs. Un groupe de travail partenarial renforce la coordination entre les différents partenaires institutionnels pour préparer l’accueil et renforcer l’accompagnement de ces enfants, dans un souci d’égalité d’accès sur les temps scolaires, péri et extrascolaires. La Ville met bien entendu d’ores-et-déjà en œuvre des moyens spécifiques en assurant leur transport, rendant accessible les écoles, menant des actions de sensibilisation.

Au-delà de l’investissement fort en termes de moyens humains, cette réforme porte l’ambition d’une école juste, exigeante et inclusive sur les conditions d’apprentissage. La refonte des programmes s’engage au niveau national mais c’est à nous de décliner localement la réforme des rythmes scolaires, nous en avons d’ailleurs déjà parlé dans ce conseil. Raccourcir les temps scolaires quotidiens doit permettre à nos enfants de mieux suivre les apprentissages, de diversifier leurs activités scolaires et périscolaires, de s’épanouir toujours plus et ultimement d’améliorer leurs résultats à l’école. Dans notre Ville, comme dans toutes celles de notre département, nous avons fait le choix de repousser à la rentrée prochaine sa mise en œuvre pour mieux nous y préparer. Monsieur le Maire et moi-même avons engagé une concertation qui, depuis le 12 avril dernier, avec la conférence introductive de Claire Leconte, nous conduit à rencontrer et prendre en compte de nombreux points de vue. Ceux-ci se croiseront ce samedi 28 à l’école Guy Môquet lors d’un colloque auquel vous êtes tous les bienvenus.

IMG_9928L’école de demain passe aujourd’hui par le développement d’outils pédagogiques innovants et la restructuration de la formation au métier d’enseignant. Pour notre part, le développement de pratiques pédagogiques plus adaptées aux besoins de l’enfant est également un objectif de la municipalité. Depuis plusieurs années, nous nous sommes engagés dans des expérimentations, en vue de renforcer l’interactivité des apprentissages et de rendre les élèves acteurs de leurs propres accès aux connaissances, d’encourager la collaboration entre les élèves, le travail en autonomie et offre de nouvelles possibilités aux élèves en situation de handicap. Dès la Toussaint, une nouvelle impulsion sera donnée à ce chantier par l’introduction, à Guy Môquet, de tablettes numériques. Dans ce cadre, une nouvelle convention avec l’éducation nationale sera proposée le mois prochain à ce conseil et un groupe de travail sera créé pour approfondir en vue d’un développement futur toutes les questions de protection, de formation, de logiciels et contenus qu’il implique.

L’importance de l’innovation pédagogique ne fait pas oublier que si l’école est gratuite, un certain nombre de frais peuvent peser lourd sur le budget des familles. Nous sommes fiers à Ivry, en complément de l’allocation de rentrée scolaire revalorisée de 25 % l’an passé, de distribuer comme chaque année aux élèves des écoles élémentaires des pochettes de fournitures, qui permettent à tous d’aborder sereinement la rentée en ces temps difficiles. Nos enfants et leurs enseignants sont contents de ces moments de solidarité, de solennité et d’échange avec les élus de la République.

A ce propos, comment ne pas évoquer la charte de la laïcité, à apposer dans toutes les écoles avec les symboles de la République ? Nous avions choisi en mars 2013 de mettre l’école publique, laïque et gratuite en avant dans le Grand Format intitulé « J’aime mon école à Ivry ». Ce grand format avait pour vocation notamment de lutter contre l’évitement scolaire, la transition vers le collège étant l’étape pour laquelle s’exerçaient le plus de choix défavorables à nos établissements publics ivryens. La mixité sociale est une condition du bien vivre ensemble et de réussite collective. Quand celle-ci est remise en cause par des choix individuels, c’est l’ensemble de la communauté scolaire qui s’en voit affaiblie. La récente polémique concernant le collège Epin à Vitry, reversant à des holdings privées des sommes considérables ne peut que nous encourager par ailleurs à renforcer cette action.

Nous ne sommes pas en reste à Ivry pour garantir les meilleures conditions de vie scolaire à nos jeunes générations. Je tiens à souligner l’importance des travaux réalisés dans les écoles cet été, rendus possibles grâce au maintien du budget d’investissement accordé pour l’entretien des établissements scolaires, après quelques discussions vigoureuses au sein des instances d’arbitrage internes. Nous pouvons nous féliciter de pouvoir maintenir un bon niveau d’entretien de nos équipements, nombreux et dont certains accusent une certaine ancienneté. C’est ainsi que nous avons pu mener des travaux dans treize écoles à l’instar de Barbusse dont la 1ère phase de reprise de l’étanchéité a été lancée, mais également par la mise en peinture de l’école Péri, la poursuite des peintures à l’Orme aux chats, la réfection de la cour à Solomon.

Ces efforts viennent renchérir les sommes conséquentes consacrées aux constructions : un groupe scolaire sur le plateau, un autre à Ivry-Confluences sont engagés ; la reconstruction-extension de l’école Makarenko est également en marche. La rentrée prochaine verra notamment l’ouverture du nouveau groupe scolaire situé dans le quartier parisien. Nous travaillerons cette année au projet de ce groupe scolaire, à la constitution des équipes, nous associerons les enfants au choix du nom et de certains aménagements de cette école qui sort de terre.

Comme chaque année, nous contribuerons à la scolarité des jeunes ivryens par le financement de projets pédagogiques pour un montant de 30000 Euros réparti entre les écoles, par l’organisation de classes transplantées profitant à tous les CM1, par le parcours culturel qui permet à chaque élève de fréquenter sur temps scolaire le Luxy, la médiathèque et le théâtre Vittez, par la mise à disposition de cars et d’équipements sportifs.

Je terminerai cet exposé en précisant que le Projet Educatif Local entre dans sa 3e année de mise en œuvre. Il a permis d’avancer sur la question de la sécurité aux abords des écoles par la réalisation d’une cartographie des zones considérées comme risquées pour les déplacements des plus jeunes et la mise en place d’un plan d’action ; il a également conduit au démarrage d’un réseau d’éducation expérimentale dans le quartier PMC-Petit Ivry, destiné à renforcer le partenariat et la collaboration entre les différents acteurs éducatifs du quartier sur les divers enjeux qui les concernent. Le PEL est à l’origine du groupe de travail sur l’accueil des enfants en situation de handicap et l’articulation entre interventions éducatives, du Grand Format sur l’école, du projet spécifique aux centres de loisirs. Sont engagées l’élaboration d’un guide rassemblant les informations à l’attention des familles, d’un livre d’accueil pour la première scolarisation des tous petits, de l’extension du parcours culturel aux autres apprentissages, de la rédaction d’un référentiel citoyenneté, entre autres. En résumé, notre PEL a pour finalité de renforcer la cohésion sociale, vocation première des territoires, de lutter contre les inégalités et de renforcer l’accès aux savoirs de tous les enfants et les jeunes.

Il se verra décliné cette année par l’instauration d’un PEDT, annexe opérationnelle dans laquelle sera détaillée la nouvelle organisation de la semaine scolaire et les principes auxquels s’attacheront les partenaires pour enrichir les contenus de leur projet et les mettre en cohérence. Forts du partenariat entamé autour du PEL et de l’avance prise en matière de coéducation, je ne doute pas que nous saurons construire des réponses constructives qui, tout en prenant en considération tous les points de vue, placeront l’intérêt de l’enfant au cœur de toutes les priorités.

Une rentrée apaisée, une année éducative riche et déterminante, un partenariat renforcé, des projets et une attention concentrés sur l’avenir des jeunes générations ! Je voudrais souligner l’implication de la communauté éducative pour permettre de mener à bien tous les dispositifs et projets que je viens d’aborder, de manière malheureusement bien trop résumée ; je voudrais remercier les agents de nos services administratifs qui ont rendu cette rentrée, une fois de plus, agréable à tous, et je suis bien placée pour savoir qu’une rentrée est un moment de grande pression pour ces secteurs. Je voudrais vous assurer de ma détermination, de notre mobilisation, pour conduire ces grands chantiers le mieux possible. Vous savez que je ne saurais être pleinement satisfaite de ce bilan, tant il reste à faire, au niveau national comme au niveau local, pour prémunir chaque enfant de l’échec, de l’exclusion, du rejet, du doute, de la violence et de toute souffrance. Pourtant, vous comprendrez que je termine cette intervention de présentation de la rentrée scolaire par un simple mot : ça change !

Je vous remercie de votre attention.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés