Intervention de Sylvain Baron relative au chauffage urbain – Conseil municipal d’octobre 2013

Monsieur le Maire, chers collègues, Mesdames, Messieurs,

En ces temps souvent difficiles, il est toujours heureux de voir progresser une belle idée soutenue d’année en année par une succession de décisions appropriées qui nous font passer les obstacles les uns après les autres. Cette belle idée est celle d’alimenter en partie le réseau de chaleur de notre ville par la géothermie. Par une suite de décisions qui remontent à plus de deux ans nous en venons aujourd’hui à délibérer sur l’attribution d’une Délégation de Service Public pour la réalisation de ce projet sur le quartier d’Ivry-Port, assorti d’un avenant pour une extension partielle au réseau ouest.


La géothermie – littéralement “la chaleur de la terre”, utilisée depuis des millénaires dans les cas fastes – est désormais à notre portée technique et financière sur notre territoire. Bien sûr, Ivry n’est pas l’Islande où jets de vapeur et geysers brûlants fusent à tous les coins de rue… Mais Ivry se situe néanmoins dans une vaste partie du bassin parisien extrêmement favorable à la géothermie de basse énergie. Nous nous situons, en fait, 1 500 m au-dessus d’un immense réservoir d’eau à 65°C. Une mer intérieure emprisonnée depuis plus 170 millions d’années entre deux couches imperméables! Ce n’est pas l’Islande, mais un tel potentiel, ça n’existe pas partout. C’est notre chance.

Ce sont évidemment les géologues qui ont trouvé cette réserve il y a fort longtemps par une cartographie systématique de tout le sous-sol français, un peu motivée, je crois savoir, par l’espoir de trouver du pétrole. Mais creuser un puit de 1 500 m de profondeur ou plus (1 500 m, c’est la distance de la Mairie au boulevard périphérique par l’avenue Danièle Casanova suivie de l’avenue Pierre Sémard !) et utiliser de l’eau pas très chaude étaient impensables jusqu’à l’après-guerre. Après le choc pétrolier de 1973, le Bureau de Recherche Géologique et Minières, financé par l’ADEME et la Commission des Communautés Européennes, ont creusé en région parisienne, pour une étude menée entre les années 1976 et 1986, 110 puits de 1500 à 2000m de profondeur, dont certains à Ivry.

L’envolée des prix du pétrole et du gaz a conduit plusieurs communes à exploiter très vite la géothermie. Citons par exemple Maisons-Alfort, pas loin d’ici, qui depuis 25 ans chauffe sa piscine et les immeubles d’un quartier par géothermie. Une quinzaine d’autres communes du Val de Marne le font aussi.

Malheureusement la chute trop rapide du prix des énergies fossiles après ce premier choc, l’a vite rendue plus chère que le gaz, ce qui a calmé bien des ardeurs. Ce n’est évidemment plus le cas aujourd’hui… et pour longtemps. Avec un investissement de 28 millions d’euros (plus 6 millions d’euros d’entretien) amortis sur 20 ans, le coût du chauffage des immeubles et bâtiments sera de 20% moins cher que le coût actuel ! L’exploitation commencera dès la fin des travaux prévus en 2016.

Alors vive la géothermie. Car si le bas prix de la note à payer s’allie aux exigences de notre fibre verte, que demander de plus. Pas de gaz carbonique et très peu de rejets. La géothermie n’est pas polluante. Avec une nappe d’eau chaude où l’on renvoie l’eau refroidie, la géothermie est l’archétype des énergies renouvelables, éternelles aux échelles géologiques. Elle durera des milliards d’années, aussi longtemps que durera notre planète… Car la mince croûte terrestre sur laquelle nous vivons, est chauffée par en dessous par une boule de magma de 12 000 km de diamètre ! C’est pourquoi, quand on s’enfonce dans la terre, la température augmente de 3°C tous les 100 m. En partant de 20°C en surface, à 1 500 m de profondeur, il fait 65°C, c’est aussi simple que ça…

Le sérieux et la valeur de l’étude technique et financière qui nous conduisent à envisager de confier une Délégation de Service Public au consortium CPCU/SOCCRAM emportent l’assentiment par l’ensemble des raisons évoquées dans le rapport et rappelées par Daniel Mayet.

Pour cette raison les socialistes voteront ces deux délibérations.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés