Article Ivry Ma Ville – Avril 2013

Question posée par le groupe des élu-es communistes et partenaires :
“Au conseil municipal du 28 février, la municipalité s’est prononcée pour le report à la rentrée 2014 de l’application du décret modifiant les rythmes scolaires. Qu’en pensez-vous ?”

La France affiche des statistiques alarmantes en matière de réussite scolaire depuis plusieurs années. En cause, le manque de moyens auquel le nouveau gouvernement répond par la création de 60 000 postes dans l’Education nationale. Cette rupture avec la politique de droite ne s’arrête pas là, grâce au grand débat engagé sur la refondation de l’école qui interroge l’ensemble des enjeux en présence : formation des maîtres, contenus des enseignements, méthodes pédagogiques, enseignement culturel et artistique, scolarisation dès deux ans, rythmes de l’enfant…

Cette dernière question est aussi centrale que préoccupante. En 2008, Xavier Darcos et Nicolas Sarkozy décidaient unilatéralement de supprimer trois heures d’enseignement obligatoire par semaine le samedi matin. Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dénoncer l’actuelle répartition du temps scolaire qui contribue à la dégradation des résultats scolaires et du bien-être de l’enfant. En réformant les rythmes actuels, il s’agit bien de placer l’intérêt de l’enfant au premier plan et de renforcer les conditions de la réussite de tous.


Au-delà du temps scolaire fixé par décret, c’est l’ensemble des temps de l’enfant ainsi que leurs contenus qui sont en jeu. En nous appuyant sur l’action de notre adjointe Sandrine Bernard et de l’ensemble de la communauté scolaire et éducative, nous disposons des conditions nécessaires pour que cette réorganisation permette de renforcer la qualité des accueils scolaires, péri et extrascolaires : un Projet éducatif local ayant identifié de manière partagée les grands défis à relever ; un projet d’accueil éducatif mixte sur le temps du soir expérimenté à Guy Môquet ; un projet d’amélioration de l’interclasse ; un parcours culturel ; et surtout dans le cadre du PEL, dont la légitimité est désormais ancrée dans la Loi, un comité de pilotage inédit avec la Caf, la DDCS, l’Education nationale, le conseil général et la Ville.

Un schéma de concertation a déjà été élaboré dans le cadre de ce partenariat, afin de mettre en œuvre la réforme des rythmes. En tant qu’élus socialistes, pour qui l’éducation est une priorité, l’enjeu principal n’est pas le délai de mise en œuvre mais bien la qualité du projet que nous allons fonder ensemble. Comme le demande notre ministre, nous tenons à engager un grand débat permettant l’implication du plus grand nombre. Celle, annoncée, de notre maire, est une étape nouvelle de l’esprit de coéducation qui nous anime depuis quatre ans au nom du bien-être, de l’épanouissement et de la réussite de nos jeunes générations et citoyens en devenir.

Les élus du groupe socialiste

Fermer le menu