Billet de Denis Mercier – Cité des Longs sillons

denisLes réunions de quartier sont organisées chaque année dans tous les quartiers de la ville. Elles sont l’occasion pour les habitants de dialoguer directement avec les élus, d’exprimer leurs préoccupations et de comprendre les choix faits par la municipalité.

Ces réunions sont aussi l’occasion pour les élus de donner des informations aux Ivryens sur les grands projets de la Ville. Ces dernières années j’ai souvent eu l’occasion de me rendre dans les différents quartiers de notre ville pour évoquer les questions de prévention et tranquillité publique.


C’est ainsi qu’à l’invitation de Sandrine Bernard, j’ai pu me rendre à la rencontre des habitants de la cité des longs sillons Lundi 7 Octobre.

La cité des Longs sillons rencontre des problématiques lourdes et entremêlées de tranquillité publique, d’habitat, de propreté et de dégradation du vivre ensemble.

Sandrine Bernard, élue du quartier du Petit Ivry s’est mobilisée, plusieurs fois par an depuis 6 ans, avec le collectif d’habitants pour tenter de remédier à cette situation et construire avec eux un projet d’initiative citoyenne de résidentialisation de la cité.

Déterminée, elle a dépassé une à une les difficultés : difficulté de prise en charge administrative, difficulté à convaincre ses collègues de soutenir cette solution puis de la financer, difficulté à convaincre l’architecte, temps de la construction administrative et de la concertation, difficulté à articuler les préconisations de la police en terme de sécurisation des accès et des pompiers en terme de facilitation d’intervention. Et 6 ans après, le projet toujours en attente, elle a le courage de poursuivre le travail de proximité et de rencontre avec les habitants.

J’ai pu constater le degré de colère, de dépit, d’exaspération d’ivryens qui subissent la dégradation de leur cadre de vie, le bruit, les dépôts de détritus, l’occupation illicite et abusive de leurs halls, la pression, voire l’agression au quotidien.

Je me suis engagé à solliciter la police nationale pour qu’elle veille davantage au droit légitime de ces citoyens à la tranquillité. Ce que j’ai dès aujourd’hui pris en charge.

Avec Sandrine Bernard, nous avons également relayé avec insistance certaines demandes d’amélioration de l’espace public.

Mais au-delà d’actions ciblées répondant à l’insistance de populations excédées, c’est notre conception du rôle du maire en matière de sécurité qui est interrogée. Questionné sur la police municipale, j’ai expliqué, loyalement, quelles actions avaient été privilégiées au cours de ce mandat (relance du Conseil Local de Sécurité et Prévention Délinquance et mise en place de la médiation sociale notamment). J me félicite de ces orientations qu’il a fallu intégralement construire (administrativement et politiquement) et dont les premiers résultats sont satisfaisants.

Mais la médiation ne remplacera jamais ni la sanction, ni la coercition. J’ai donc également affirmé que les élections à venir seraient l’occasion de poser de nouveaux engagements clairs pour préserver la qualité de vie de nos concitoyens et leur garantir parmi leurs droits et libertés individuelles, notamment celle de se déplacer et de se loger librement et en sécurité.

Denis Mercier

Fermer le menu