Bouyssou & Co : Quelle valeur ont leurs promesses ?

Les Assises menées en 2018 à Ivry ont été présentées par Ph. Bouyssou comme un « grand marathon démocratique » destiné à « écouter en grand format la parole des habitants » et « réduire la méfiance grandissante exprimée à l’égard des politiques » en faisant d’Ivry un « modèle ».

13 rencontres, réunissant plusieurs milliers de personnes et dont l’animation a coûté plus de 150 000€ à la commune, ont donné lieu à des engagements dont on se demande ce qu’ils sont devenus… Pour quel bénéfice ?

8 axes, 96 propositions dont les 30 principales ont été ainsi listées dans Ivry ma Ville : Qu’en est-il concrètement aujourd’hui 1er décembre 2020 ?

Donner plus de transparence aux attributions de logements :

  • Publication mensuelle des seuils de cotation : Non réalisé.
  • Création d’un comité de cotation, saisissable par les demandeurs : Mise en place d’un comité ad hoc non saisissable par les demandeurs.
  • Organisation d’assises des locataires des logements sociaux : Non réalisé.

Redynamiser le centre Jeanne Hachette :

  • Rassembler les commerces entre le métro et la rampe : Asphyxie de tous les autres commerces en cours.
  • Réunir les services municipaux autour du pont Lénine : Entamé avant toute conclusion des discussions engagées avec les Ivryens, et surtout contre leur avis.
  • Utiliser les locaux vacants pour des projets d’ESS : Non réalisé.
  • Fermer la nuit tous les accès sauf l’allée centrale : Non réalisé.

Rendre la ville plus propre :

  • Achat de matériel plus adapté : Non évaluable, mais sans résultat apparent.
  • Installer des corbeilles de rue tous les 130 mètres : Non réalisé.
  • Améliorer la propreté après le passage des camions-poubelles : Non réalisé.
  • Implanter des toilettes publiques : Non réalisé.

Verbaliser les incivilités : déjections, dépôts sauvages, voitures-épaves

  • Expérimenter pendant un an : Si l’expérimentation menée est volontairement inefficace pour prouver que la verbalisation n’est pas la solution, cela peut être réalisé comme pleinement atteint…
  • Dans les faits, le droit à verbaliser n’a pas été effectivement attribué aux agents communaux qui ne peuvent que dresser des procès-verbaux à l’attention du Procureur de la République qui a autre chose à faire. Résultat : tant qu’on fera semblant, on n’y parviendra pas.

Réorienter Ivry Confluences :

  • Espace vert Prudhon : Sur le point d’être livré.
  • Equipement public halles industrielles Rigaud : Sans nouvelles.
  • Modifier l’équilibre minéral/végétal : Non évaluable.
  • Augmenter le nombre de places de stationnement : Non réalisé.
  • Améliorer la coordination des chantiers : Non réalisé.

Soutenir les jeunes :

  • Renforcer le dispositif Coreus et l’enveloppe Ivry Motiv : Non réalisé.
  • Dédier une mission du Ccas à la précarité des jeunes : Non réalisé.
  • Accompagner les élèves de 3e dans la recherche de leur stage : Non réalisé.

Développer la démocratie :

  • Renforcer les comités de quartier et la coopérative citoyenne : Non réalisé.
  • Refonder Gérard Philippe comme lieu de dialogue sur la politique municipale : Non réalisé.
  • Rendre plus accessible l’information : Non réalisé.
  • Créer un observatoire citoyen des polluants : Non réalisé.
  • Dynamiser les liens entre associations et habitants : Non évaluable.

Engager un nouveau débat sur l’avenir de l’usine de traitement des déchets du Syctom :

  • Organiser une table-ronde contradictoire : Non réalisé.
  • Créer un débat transparent : Non réalisé, une parodie de votation a eu lieu.

Ces engagements ont été introduits dans un document d’orientation « Vers Ivry 2030 ». Aucune trace de ce document sur le site de la Ville, pourquoi aurait-il été ainsi masqué ? Cette vaste opération de communication n’aurait-elle service que de poudre aux yeux ?

Un habitant avait très justement constaté que : « tant qu’il y aura les mêmes habitants, autour des mêmes petits apéros et des mêmes petites chips lors des réunions, c’est que le système ne fonctionne pas ». Nous pourrions ajouter : « Tant qu’il y aura des gens pour croire aux promesses faites sans intention de les tenir, le système continuera à survivre… »

Le Maire avait conclu les assises en invoquant Naomi Klein, essayiste canadienne : « Changer de paradigme, c’est le défi que nous allons relever ensemble ; car il n’y a pas de fatalité, il n’y a pas et il n’y a jamais eu de page écrite à l’avance dans notre ville ». Je le prends au mot, n’est-il pas temps d’écrire une nouvelle page d’Ivry ?

Sandrine Bernard et Christine Fessenmeyer

Fermer le menu