Intervention de David Onakaya-Menge sur la rentrée scolaire – Conseil municipal de septembre 2013

David (1)
Monsieur le Maire,
Cher(e)s Collègues,
Mesdames et Messieurs,

Depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir, en mai 2012, le gouvernement de la République a décidé de mettre en place une politique volontariste en faveur de l’éducation, de la formation des jeunes et de l’emploi. Cette orientation forte place l’école au centre de toutes les préoccupations. Ainsi, un projet de refondation de l’école de la République – fondé sur la concertation, le dialogue social et la confiance réciproque – est en marche, en cette rentrée scolaire 2013, pour promouvoir la réussite de tous les élèves de France.

Permettre la réussite de tous n’est pas un énième slogan destiné à habiller quelques mesures de surface, à la différence de ce à quoi nous avait habitué le gouvernement de droite. Au contraire, la réussite de tous, notion en laquelle on ne croyait plus, se trouve au cœur de la réforme en cours de notre politique éducative qui s’étend de la maternelle jusqu’au lycée. Pour y parvenir, le Ministre de l’Education Nationale a pris l’engagement ferme de rétablir une véritable formation initiale pour les enseignants et d’investir massivement dans les ressources humaines en mettant fin à la logique comptable de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans l’éducation nationale.


Dans le second degré et en priorité pour les collèges, environ 3770 Equivalents Temps Plein (ETP) seront créés au cours de cette année scolaire, conformément à la circulaire d’orientation et de préparation de la rentrée 2013. Une partie de ces équivalents temps plein viendra pallier les absences des enseignants en arrêt maladie pour une longue période ou ceux en formation professionnelle, par exemple. En assurant le remplacement rapide et systématique des postes laissés vacants de manière imprévue, le gouvernement veut faire taire toutes les critiques sur l’absentéisme des enseignants afin d’inciter les parents à scolariser davantage leurs enfants dans les écoles publiques.

Au-delà des moyens humains, sans lesquels rien n’est possible, la réforme vise également les contenus de la scolarité. Au vu des chiffres alarmants du décrochage scolaire, il s’agit d’améliorer la transition entre les différents cycles de formation de notre système éducatif afin de faciliter le processus d’adaptation des élèves, sur le plan institutionnel et pédagogique, et de faciliter la progressivité des apprentissages. Localement, nous travaillons sur cet objectif depuis plusieurs années et nous nous réjouissons de la position résolument progressiste prise par les instances de l’éducation nationale à ce sujet.

Toujours en termes de contenus, afin que les élèves maîtrisent mieux le socle commun de connaissances, de compétences et de cultures, le gouvernement propose quelques réponses innovantes, à savoir :

– La mise en place d’un Conseil école-collège, à vocation exclusivement pédagogique, pour favoriser les échanges d’informations entre les CM2 et 6ème de façon à améliorer la transition.

– La simplification du livret personnel de compétence portant sur le processus de validation des acquis,

– La création du parcours d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel.

IMG_9928Convaincu de la pertinence de l’échelle locale pour mettre en cohérence les actions des différents acteurs autour de l’éducation, le gouvernement souhaite renforcer encore le rôle des collectivités locales dans la politique éducative. Sachant que celles-ci investissent déjà grandement en la matière, il semble intéressant de leur donner un rôle plateforme dans le rapprochement entre les différents partenaires éducatifs à l’échelle des territoires. Nous ne pouvons que nous en féliciter au nom du décloisonnement et du bon fonctionnement de notre système d’éducation. Il n’en reste pas moins que le renforcement de ces partenariats appelle chaque partie à préciser ses engagements pour améliorer la réussite des élèves en construisant des actions nouvelles en faveur des écoles élémentaires, collèges et lycées. Dans tous les cas, cette main tendue de l’Etat aux collectivités territoriales, à chaque rentrée scolaire, démontre bien à quel point le gouvernement souhaite, encore une fois, mener en cohérence et en partenariat tout travail lié à l’éducation.

En ce qui concerne plus particulièrement les lycées, le gouvernement suggère qu’une attention particulière soit portée sur la valorisation des parcours de formation professionnelle afin de rendre ceux-ci plus attractifs et de diminuer sensiblement les sorties en cours de cursus. L’idée serait de pousser tous les élèves de lycées de poursuivre des études supérieures et à s’insérer d’autant mieux dans la vie professionnelle.

Au-delà de toutes ces informations générales, j’ai le plaisir de vous annoncer que la rentrée scolaire 2013 des collèges et lycées s’est déroulée, à Ivry, dans des conditions tout à fait satisfaisantes. Cependant, j’ai le regret de vous annoncer que certains indicateurs ne sont pas au beau fixe. Laissez-moi à ce titre vous communiquer les résultats au diplôme national du brevet et au baccalauréat des classes 2012-2013 des établissements de notre ville. Avec 75,4% de taux de réussite au diplôme national du brevet, les collèges d’Ivry ont fait moins bien que l’année dernière. Bien que cette moyenne reste de loin supérieure à celle de 2008, de 67,7%, elle accuse tout de même 9 points de moins par rapport à la moyenne nationale qui atteint les 84,5%. Et malheureusement, certains collèges ont connu sur cet exercice leurs pires résultats des cinq dernières années. Sur ce point, aucune explication pédagogique n’a été donnée par les instances de l’éducation nationales.

Au lycée, nous éprouvons, comme tous les ans, des difficultés à obtenir les résultats agrégés du baccalauréat. Nous disposons uniquement de résultats pour le lycée Fernand Léger. Le taux de réussite moyen pour l’ensemble de filières technologiques et Maintenance automobile est de 79,6%, soit 7 points de moins que la moyenne nationale qui s’élève à 86,8%.

Comme je l’ai annoncé précédemment, la rentrée scolaire 2013-2014 est une rentrée apaisée dans tous les sens du terme. Il n’y a eu aucune suppression de postes. Tous les enseignants et assistants d’éducation ont été maintenus dans tous les collèges et lycées. Des demi-postes d’assistants d’éducation ont été créés là où on en avait besoin pour mieux assurer l’encadrement et le suivi éducatif des élèves. De même, les effectifs prévisionnels sont stables dans les lycées, par rapport à l’année écoulée, et en légère augmentation dans les collèges avec une prime pour les collèges R. Rolland et Henri Barbusse dont les effectifs dépassent les 600 élèves.

Par ailleurs, en juin dernier, nous avons signé une convention avec le lycée Fernand Léger. Cette convention devait permettre aux lycéens de pouvoir mener des exercices de maintenance et d’exploitation sur les réseaux d’assainissement de la ville – accord préalable indispensable à l’organisation de la scolarité des futurs élèves de la section baccalauréat professionnel en Gestion de Pollution et Protection de l’Environnement dont l’ouverture était prévue en ce mois de septembre. Néanmoins, pour d’autres raisons organisationnelles, à commencer par le manque d’entreprises pouvant prendre en charge les élèves dans le cadre de leurs apprentissages professionnels, cette section n’a pas pu être mise en place. Toutefois, le nouveau proviseur, Monsieur Pierre QUEF, remplaçant de Madame DAZIN, mutée aux Antilles, s’est engagé dès sa prise des fonctions, à trouver les entreprises nécessaires dans l’espoir que cette section d’avenir soit opérationnelle en septembre prochain.

Concernant les changements de direction dus à des mutations ou à des départs en retraite, de nouveaux principaux adjoints sont arrivés dans les collèges d’Ivry : Madame MAGNE au Collège Molière et Monsieur BREANT-DARDANT au Collège Politzer.

Enfin, comme l’année passée, le Conseil Général, associe la ville à son opération de distribution d’ordinateurs à vocation pédagogique à l’ensemble des collégiens d’Ivry entrant en classe de 6ème, soit environ 2 250 bénéficiaires. Cette opération, connue sous le nom d’Ordival, débutera à partir du samedi 21 juin 2013. Elle doit favoriser le développement des usages des technologies nouvelles et constitue aussi un moyen pour valoriser encore nos collèges auprès des familles.

Je vous remercie de votre attention.

Fermer le menu