Intervention de David Onakaya-Menge sur le SYCTOM – Conseil municipal de mars 2013

Monsieur le Maire, chers collègues, Mesdames et Messieurs,

Le vœu du groupe Ecologie Ivry relaie les diverses inquiétudes relatives aux installations de tri-mécano biologique et de méthanisation que le SYCTOM a prévu de déployer en Île-de-France et notamment sur le site d’Ivry / Paris XIII. Je ne vais pas résumer ici les différents arguments qu’Elisabeth a présenté, comme toujours, avec beaucoup de conviction. Etant donnée la densité de ce Conseil qui comporte à l’ordre du jour des points financiers extrêmement importants et que nous sommes de plus amenés à nous exprimer ce soir sur le rapport annuel 2011 d’information sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets ménagers et assimilés, je vais tâcher d’être bref.

Aujourd’hui, le SYCTOM est contraint de procéder à l’enfouissement de 300000 tonnes de déchets bruts chaque année, ce qui est interdit par les normes européennes. C’est pour mettre un terme à cette situation, et uniquement en complément de l’incinération, que le SYCTOM a décidé de mettre en place la technologie TMB / méthanisation. En effet, le TMB permet de séparer grâce à des machines sophistiquées les matières inertes des matières organiques. La méthanisation intervient ensuite afin de valoriser ces bio-déchets qui représentent tout de même plus de 30% des déchets bruts collectés. La méthanisation produit du biogaz 100% renouvelable qui pourra être soit injecté directement dans le circuit GRDF soit brûlé sur site pour produire de la chaleur. A l’issue de ce processus, on obtient de plus un compost qui peut être utilisé comme engrais pour l’agriculture.


Le groupe Ecologie Ivry nous alerte sur le fait que certains Etats-membres de l’Union Européenne et certains agriculteurs de notre pays refuseraient d’épandre ce compost sur les champs au motif de sa toxicité pour les sols. Ces barrières à la vente du compost menaceraient ainsi l’équilibre économique de la filière TMB / méthanisation. Nous pensons que cette ligne argumentaire, qui concerne de plus le résidu ultime de l’opération de méthanisation, ne tient pas. Tout d’abord parce que le compost obtenu par ce procédé a fait l’objet de plusieurs études dont une conduite par le Joint Research Center de la commission européenne. Elles concluent généralement que le compost ainsi obtenu est de bonne qualité et ne présente pas de dangers pour l’homme ou la qualité des sols. De plus, même si certains agriculteurs ne voudraient effectivement pas utiliser ce compost – ce qui n’est d’ailleurs pas le cas de la majorité d’entre eux – cela ne mettrait pas véritablement en péril la santé financière du SYTCOM qui ne recherche pas le profit mais bien le respect des normes environnementales en vigueur sur lesquelles notre ville, notre région et notre pays dans son ensemble sont en retard.

En renonçant au TMB / méthanisation, le SYCTOM mettrait ces objectifs en péril et ne parviendrait pas à amorcer le recyclage des bio-déchets sur notre territoire. Il convient d’insister sur l’importance pour nos collectivités de travailler en amont à la réduction de la quantité de déchets produits et pour le SYCTOM d’œuvrer à un meilleur recyclage et une meilleure valorisation. En ce qui concerne les déchets organiques, l’expérience prouve qu’ils sont extrêmement difficiles à collecter de manière sélective. Ainsi, pour transitoire qu’il puisse être, le recours à la TMB / méthanisation nous semble imparable concernant le site Ivry / Paris XIII dont le sort nous concerne directement. Nous en avons déjà débattu collectivement en associant la population lors d’un grand débat placé sous l’égide de la Commission nationale du débat public, garante de la sincérité des discussions. Le SYCTOM a ensuite mené une concertation volontaire dont le coût a dépassé le million d’euros. A l’époque, il est ressorti que la solution TMB / méthanisation semblait la meilleure, au nom des arguments que je viens d’invoquer et qui semblent aujourd’hui oubliés.

Enfin, au sujet des nuisances éventuellement induites pour les riverains, l’exemple du site de Montpellier ne nous paraît pas probant, puisqu’il apparaît que ce site a été frappé par de lourds défauts de construction qui sont en train d’être résorbés. Nous croyons, ainsi que le dit l’ADEME, que les meilleures technologies seront utilisées par le SYCTOM dans le cadre du site d’Ivry / Paris XIII. Il ne nous appartient pas de donner notre avis sur Romainville car il semble que beaucoup d’enjeux et d’intérêts se recoupent dans cette affaire et nous ne voulons pas prendre maladroitement parti. Nous suivrons néanmoins le développement de la situation avec l’attention qu’elle requière.

Vous l’aurez compris, chers collègues, Elisabeth, nous voterons donc contre ce vœu.
Je vous remercie.

Fermer le menu