Intervention de Denis Mercier sur le SYCTOM – Conseil Municipal de mars 2013

Monsieur le Maire,
Chers Collègues,
Mesdames, Messieurs,

Le rapport annuel qui nous est présenté ce soir apporte comme à l’accoutumée un éclairage sur la manière dont se déroule dans notre ville le tri, la collecte, le recyclage, la valorisation et l’élimination des déchets ménagers et assimilés.

En ce qui concerne les grandes évolutions du SYCTOM que nous avons pu évoquer au début de ce Conseil, je tiens à rappeler ici, la position des sections socialistes d’Ivry et de Paris XIIIe. Nous avons toujours souhaité privilégier les politiques en faveur de la prévention des déchets, du geste de tri efficace, favorisant le recyclage évitant le recours à l’incinération et bien sûr à l’enfouissement.


Si les quantités de déchets collectés sont moins importantes à Ivry que sur le reste du territoire départemental, régional et national, le tonnage d’ordures collectées est en augmentation régulière bien que légère (de 26 450 tonnes en 2007 à 26 935 tonnes en 2011). Cela interroge notre aptitude à être en adéquation avec l’avenir du site Ivry-Paris XIII dont les capacités d’incinération et plus généralement de traitement, en l’état actuel des concertations, sont amenées à diminuer lors de sa reconstruction, en accord avec les objectifs en matière de tri sélectif et de diminution de la quantité de déchets produits. Notre ville doit ainsi continuer de développer une culture de la prévention et de la réduction des déchets à la source car « le meilleur déchet reste encore celui que l’on ne produit pas ». Car avec ses 467 kg de déchets par habitant et par an, Ivry se trouve encore au-dessus des objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement.

Un bon signe, en revanche, se décèle dans la reprise de la collecte sélective qui avait diminué de manière inquiétante lors des deux précédents exercices. Cela se traduit par un taux de valorisation de 78 % des déchets générés par la commune.

Au-delà des objectifs purement chiffrés mais dont l’enjeu environnemental est évident, ayons aussi en tête le quotidien de nos concitoyens. Malgré l’augmentation en nombre et en volumes des bacs de collecte en porte à porte et la grande disponibilité et la gratuité du service de collecte des encombrants, les habitants nous signalent toujours des dépôts sauvages et continuent à se plaindre de l’état des rues. Il nous faut combattre avec vigueur cette tendance qui nuit à l’image de notre ville et à la qualité de vie de tous. Rappelons que la collecte des dépôts sauvages a coûté à elle seule 771 838 euros à la commune en 2011 !

Ce chiffre choquant me permet de souligner enfin que la collecte et le traitement des déchets représentent un coût important qui apparaît dans le budget annexe « déchets » de notre ville. Celui-ci représentait en 2010 près de 4 % du budget général de notre collectivité, soit 5 256 757 euros. Il faut d’ailleurs savoir que nous ne pratiquons pas à proprement parler de taxe sur les ordures ménagères. A nous élus, de donner les moyens à notre commune d’atteindre les objectifs qui lui sont assignés en matière de diminution de la quantité de déchets produits et d’augmentation de la collecte sélective par les moyens préventifs et coercitifs que nous avons à notre disposition… Au nom de la qualité de vie de tous les Ivryens.

Je vous remercie de votre attention

Fermer le menu