Intervention de Sandrine Bernard sur la rentrée scolaire / Conseil municipal de septembre 2012

5N5A3731
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
Mesdames, messieurs,

Cette rentrée scolaire est l’occasion pour Ivry de réaffirmer notre attachement fort à une Ecole républicaine qui développe chez les futurs adultes la connaissance du monde dans lequel ils vivent et leur permettent d’y trouver toute leur place. Soucieuse de favoriser à la fois la réussite de chacun et la cohésion entre tous, notre collectivité fait de l éducation une de ses priorités et met tout en œuvre pour que chaque enfant soit accueilli dans les conditions les plus propices à son épanouissement, sa réussite et son autonomie.

Cette rentrée s’inscrit dans un contexte particulier :

C’est la première du Gouvernement Ayrault, première d’un gouvernement de gauche depuis dix ans, première qui ne s’accompagne pas d’une dégradation des conditions d’accueil et d’enseignement.

 

Elle intervient après des années d’une politique de régression, de privatisation et de déshumanisation dans les Services publics et particulièrement dans l’Education nationale et la Santé.

Presque 80000 postes ont été supprimés en 5 ans, ??dans l’académie

Il est difficile d’évaluer les conséquences exactes pour Ivry. Peu de classes ont réellement été fermées, étant donné la hausse permanente de nos effectifs. En revanche, les Rased, les postes de soutien à la lecture en premier cycle, les assistants d’éducation, les aides aux directions d’école ont été chaque année remis en cause. Pour exemple, 3 des 11 maîtres spécialisés Rased sont encore en poste aujourd’hui pour accompagner les enfants en difficulté et 1 seul maître de rééducation. Et surtout, au-delà des coupes sèches, le manque à gagner si l’on considère les besoins en médecins et infirmières scolaires, pour la scolarisation des deux ans ou pour donner de l’air à certains effectifs est conséquent et quasiment incalculable selon les critères sur lesquels on s’appuie.

 

Déjà l’ensemble des études sur notre système scolaire tiraient la sonnette d’alarme. Il était temps d’y mettre fin. Cette rentrée est donc celle de l’expression de vives attentes devant des besoins innombrables pour rendre à l’école ses lettres de noblesse, pour lutter contre le décrochage et les inégalités, pour revaloriser également le statut et les conditions de travail des enseignants.

 

D’autant plus que nous sortons d’une année de campagnes électorales et une alternance politique dont l’un des débats centraux a porté sur l’enjeu de l’école.

 

Mais si l’espoir est grand, cette rentrée se fait avec le budget adopté par le précédent Gouvernement auquel ont juste été ajoutés quelques moyens exceptionnels. 1000 postes créés pour le premier degré, ainsi que des AVS et des contrats d’aides aux directions. David précisera les moyens affectés au second degré. Des recrutements dans la précipitation et la mise en place d’une formation transitoire qui ont conduit à démarrer dans beaucoup de nos écoles avec des équipes enseignantes incomplètes et la mobilisation des moyens de remplacement sur ces postes, dans l’attente de l’arrivée effective de leur titulaire. Bref, c’est une rentrée dans l’urgence, qui met un coup d’arrêt sans doute aux régressions constatées jusque là mais qui ne permet pas d’apporter dès à présent la réponse à toutes les attentes.

L’équipe municipale espère pouvoir compter sur l’appui d’un gouvernement qui a choisi de placer clairement l’Education au cœur de ses préoccupations.

A Ivry, si la situation globale est stable, les effectifs sont en légère augmentation et les moyennes d’élèves par classe très inégales d’une école à l’autre : certaines sont très peu chargées et d’autres trop, sans réellement de situation de débordement. En maternelle, un transfert de classe a eu lieu entre Barbusse et Makarenko, en élémentaire, une fermeture a été prononcée à l’OAC et deux ouvertures à Dulcie et Einstein.

 

Einstein et Joliot Curie sont bien pleines avec des niveaux parfois saturés, le CE2 à Einstein, le CP à Joliot. Cette dernière situation nous a mobilisés depuis mai pour obtenir une ouverture de classe. Finalement faute d’enfants suffisants présents le jour de la rentrée, celle-ci n’a pas été confirmée, malgré la détermination des parents et des enseignants. Je tiens à m’appuyer sur cet exemple pour inciter les familles à tenir compte de la date de la rentrée pour scolariser leurs enfants, l’école étant un lieu d’apprentissage et d’émancipation déterminant pour leur enfant et de plus étant obligatoire en élémentaire. Et surtout, quand elles ne peuvent s’y astreindre, qu’elles préviennent les directions d’école de la date et de la certitude de leur arrivée.

Quoi qu’il en soit, depuis la rentrée, la situation est préoccupante : une nouvelle structure a été proposée qui fonctionne sur le plan pédagogique mais conduit à des changements de classe, voire d’école, déstabilisants pour les enfants quand ils arrivent après la rentrée des classes. Et surtout, certaines classes restent trop chargées pour une école comme Joliot, dans un quartier défavorisé et avec une diversité culturelle et sociale appelant au contraire à des moyens particuliers.

Elle est d’autant plus préoccupante que depuis la rentrée et jusqu’à aujourd’hui, les enfants n’ont pas réellement entamé leur année et leur programme, l’ école étant alternativement bloquée par les parents ou en grève des enseignants. Nous sommes nombreux [je le précise parce que le site de la Ville semble ne s’intéresser qu’à certaines interventions] à être intervenus à plusieurs reprises auprès des différentes autorités hiérarchiques : académie, rectorat, ministère, sans succès. Cette ouverture ne sera pas prononcée, les quelques moyens débloqués par le Gouvernement pour faire face à cette rentrée ayant été affectés à des situations plus lourdes.

Je crois cependant utile de dire que Monsieur le Maire et moi-même, reçus hier au rectorat, avons obtenu l’assurance que si les seuils pris en compte par l’Education nationale étaient réellement dépassés au cour de l’année, une solution temporaire d’aide serait envisagée et surtout la garantie qu’une ouverture serait prononcée au mouvement pour l’année prochaine.

 

 

A Ivry, cette rentrée s’est déroulée, en dehors de ce cas particulier, dans de très bonnes conditions et dispositions. Notre Ville a poursuivi son action de rénovation et d’amélioration des conditions d’accueil par des travaux encore exemplaires : la cour de l’école Einstein, travaillée avec les élèves eux-mêmes, l’isolation et la mise en peinture de l’école Prévert, malgré un petit bémol concernant l’extension de la maternelle Makarenko qui sera livrée finalement à La Toussaint, les travaux ayant pris du retard du fait de la consolidation des carrières. Mais je vous rassure, tout a été mis en œuvre pour pourvoir à l’urgence, là aussi, avec une attitude exemplaire des équipes présentes sur place, enseignantes mais aussi d’animation et des agents de la RIS. Et malgré tous les efforts que je mets en œuvre pour accélérer la reconstruction de l’école Makarenko, nous avons choisi cette année dans l’attente de le voir inscrit au budget, de mettre des moyens sur ce groupe pour améliorer la luminosité et l’attrait des halls de l’élémentaire, après avoir refait la cour l’an passé.

Notre volonté est d’offrir aux élèves de notre ville le meilleur environnement possible pour se réaliser et s’instruire. Même si tout cela coûte très cher ! Je rappelle que nous bénéficions chaque année (sur le seul budget municipal) d’une enveloppe d’1.500.000 Euros pour rénover nos écoles et que deux nouveaux groupes scolaires sont engagés, pour un coût de 18.000.000 à 20.000.000 millions d’euros TTC. Tout le monde attend maintenant avec impatience la livraison du nouveau groupe scolaire qui devrait être livré en 2014 et pour l’heure malgré quelques frayeurs n’accuse aucun retard…. Il en est de même sur le quartier du port où le nouveau groupe scolaire a été présenté aux habitants lors d’une réunion en juin dernier.

 

Ce qui nous a permis ce matin d’avoir le plaisir d’entendre notre nouvelle inspectrice de l’Education nationale, Mme Benomar, arrivant de Montreuil, louer, en présence de M. le Maire, la qualité de nos écoles, de leur mobilier et leur entretien. Je tiens donc par cette intervention et publiquement, à remercier et féliciter tres chaleureusement l’ensemble des agents qui permettent d’accueillir nos jeunes ivryens dans les meilleures conditions, les agents d’entretien, les agents des bâtiments, le service enseignement et l’ensemble de leurs responsables. Je sais qu’ils sauront apprécier pleinement cet hommage et nos remerciements.

 

 

Comme chaque année également, nous avons poursuivi notre action en faveur d’une plus grande égalité de tous en fournissant le matériel scolaire listé par les directions d’école à chaque élève d’élémentaire, en mettant à la disposition des écoles des moyens pédagogiques conséquents et par les efforts faits en direction des enfants handicapés et pour la scolarisation des enfants du camp Truillot ou d’autres situations particulières.

Je tiens à rappeler combien, en ces temps difficiles, ces aides apportées par la municipalité aux familles sont un véritable soutien.

 

Il y a sans doute de très nombreux points que je n’ai pas évoqué, pour ne pas alourdir mon propos (la carte scolaire, la sécurité aux abords des écoles, le pain bio qui a été introduit à la rentrée, peut-être Jacqueline souhaitera-t-elle en dire un mot), le chantier qui se lance sur l’évitement dont David parlera sans doute…, mais je me tiens à votre disposition pour tout complément d’information ou questionnement.

 

Portons maintenant notre regard vers l’avenir :

De nombreux sujets nous intéressent. Une grande concertation sur la re fondation de l’école est en cours pour créer les conditions de la réussite éducative de tous les élèves et réformer en profondeur un système largement considéré comme comportant certaines limites. Nous ne manquerons pas de rester attentifs à ses conclusions concernant, en vrac, la réforme des rythmes scolaires, la scolarisation des deux ans, l’aide à la difficulté, le devenir des zones d’enseignement prioritaire, l’accueil des enfants handicapés, les aides aux familles et la place de chacun dans cet enjeu premier qu’est l’Education. Déjà, nous avons entrepris d’anticiper les impacts qu’auront ces réformes sur nos accueils, en terme de temps scolaire et périscolaire. Déjà nous avons pu nous réjouir d’apprendre, en complément de l’annonce de notre Ministre que 40.000 postes d’enseignants seraient créés dès la rentrée prochaine, que 350 d’entre eux seraient affectés au département. Déjà nous avons pu recevoir des informations très satisfaisantes sur le souhait d’améliorer l’accueil des enfants de moins de 3 ans, déjà nous avons pu recevoir des garanties sur la scolarisation des enfants non francophones. Cet état d’esprit ne peut que nous réjouir et vient conforter celui que nous avons à cœur de développer à travers la mise en œuvre du Projet Educatif Local.

A Ivry où la jeunesse occupe une place centrale toutes les intelligences et toutes les énergies sont mobilisées pour que les enfants bénéficient des meilleures conditions d’accès au savoir, à l’art, au sport et aux loisirs. L’Ecole où tout se joue fait en cette rentrée l’objet de tous nos efforts pour qu’à Ivry chacun puisse y trouver sa place.

Une chose est sûre mes chers collègues, cette ambition pour l’Ecole est maintenant (enfin !) l’affaire de tous !

Fermer le menu