Pour un véritable service public

Mesdames, Messieurs, Chères Ivryennes, Chers Ivryens,

La crise sanitaire, sans précédent dans le monde moderne, a montré à quel point le service public était indispensable, mais aussi combien le sens du bien commun devait être notre seule préoccupation. L’accent a été mis sur tous ceux qui permettent que les services essentiels soient assurés et nous les en remercions.

Après 8 semaines de restriction générale de déplacements, nous entamons, bien qu’en zone encore rouge, une sortie progressive et maîtrisée du confinement.

Le virus est encore là. Il n’y a ni traitement, ni vaccin. La crise s’installe dans la durée. Cependant il nous faut avancer et ne pas nous laisser envahir par nos peurs. Plus que jamais, les Ivryen-ne-s et tous ceux qui travaillent dans notre ville attendent que les services publics soient à leur côté. Santé, propreté, protection, collecte des déchets et encombrants, médiathèques, soutien aux commerces, aux associations, la reprise ou l’accélération de nombreux pans de l’activité municipale est attendue.

Le rôle d’un maire, en tant qu’employeur à la tête de la puissance publique municipale, est de protéger la santé de ses agents. Et sa mission, en tant que garant de l’action publique, est de mobiliser tous les moyens nécessaires pour assurer l’accès et le fonctionnement des services publics et de mobiliser toutes les ressources utiles, pour répondre aux besoins vitaux de sa population.

Ce défi, certes considérable, le maire d’Ivry, se doit de l’affronter comme tous les responsables d’établissements publics ou privés qui, eux aussi, ont dû faire face et ont su mobiliser leurs forces dans ces moments difficiles.

Alors que de nombreux enfants ont besoin de rattraper les retards accumulés et que de nombreux parents ont besoin de reprendre leur travail, la réouverture des écoles est essentielle. Redémarrer toutes les écoles pour y accueillir de façon progressive les enfants en très petit nombre, d’abord, est la meilleure manière de mettre en place les dispositions drastiques imposées pour assurer la protection des enfants et des professionnels. Aussi le choix du maire de regrouper et mélanger les enfants au sein de 5 grands pôles nous parait-il aberrant.

Dans la mesure où tous les parents qui le peuvent garderont leurs enfants, nous voulons attirer l’attention sur la situation de toutes les familles qui n’ont pas d’autre choix que de remettre leurs enfants à l’école. La situation sociale de nombreux foyers s’est dégradée durant cette période ; et elle risque de s’aggraver avec les plans sociaux et la crise économique et sociale à venir. Ces familles doivent pouvoir trouver dans le service public une solution tout en étant rassurées sur les moyens de prévention et de protection déployés.

La ville n’aurait pas les moyens de le faire ? Si 85% des villes le peuvent, la nôtre le doit également.

Avec un budget de fonctionnement d’un peu plus de 140 millions d’euros, le même que celui d’Issy les Moulineaux, nous ne pouvons pas dire que nous manquons d’argent, surtout quand d’autres moins bien lotis parviennent à répondre concrètement aux attentes de leur population, en temps et en heure.

L’état d’urgence sanitaire ne remettant pas en questions les libertés fondamentales, nous avons demandé et obtenu le retour des instances de démocratie locale et des droits de l’opposition.

Parce que l’information de tous est essentielle, nous demandons que la transparence soit faite sur le nombre de familles ayant besoin de voir accueilli leur enfant, et sur les moyens mobilisés pour répondre aux exigences sanitaires dans les écoles ainsi que sur la réalité des personnels ayant repris leur poste ou non à la fin du confinement.

Ces chiffres existent et doivent donc être communiqués.

Comme toujours, nous veillons à ce qu’il n’y ait pas qu’une seule voix à Ivry sur Seine.

Bien à vous,

Sandrine Bernard et les socialistes d’Ivry sur Seine

Fermer le menu