Réforme de l’Education prioritaire : la concertation est lancée

IMG_9909Depuis plus de trente ans, l’Education prioritaire constitue la politique publique emblématique de lutte contre les inégalités sociales et scolaires dans l’enseignement primaire et secondaire. Dotée de plus d’un milliard d’euros, elle concerne 18% des écoliers, 20% des collégiens et 2% des lycéens. Pour l’essentiel, elle permet une réduction des effectifs par classe, l’octroi d’une prime aux enseignants et une meilleure décharge aux directeurs.

Pourtant, l’Education prioritaire n’a pour le moment pas fait la preuve de son efficacité à réduire les écarts de réussite entre les établissements. Les résultats ne cessent de se dégrader. Les réformes successives ont conduit à empiler des appellations et dispositifs divers sans véritables évaluations. Aujourd’hui, des écoles reconnues prioritaires n’en présentent plus les caractères alors que d’autres, qui mériteraient de l’être, ne le sont pas.


C’est pourquoi le Ministre a décidé de mettre en place, dans le cadre de la refondation de l’école, une véritable évaluation de l’action menée et d’engager une concertation en vue de la refonte de l’Education prioritaire. Un rapport rendu cet été a mis l’accent sur le manque de clarté des indicateurs pris en considération, sur la déconnexion de la carte prioritaire avec la réalité sociale de nos territoires, sur le manque de pilotage ou encore la nécessité de mieux mobiliser les ressources humaines et financières. Pour partager ce diagnostic et élaborer les pistes d’amélioration, le temps est aujourd’hui, partout en France, à la concertation avec les enseignants. L’académie de Créteil est particulièrement concernée par l’Education prioritaire, avec trente-quatre secteurs ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite) et cent trente-deux RRS (réseaux de réussite scolaire).
Notre commune n’est pas en reste avec deux collèges têtes de réseau, 5 groupes scolaires ZEP, 1 REP et 1 ECLAIR.
Vendredi 4 octobre après-midi ces établissements ont été déchargés de cours afin de pouvoir participer à la concertation.

5N5A3708Notre municipalité a toujours soutenu cette orientation nationale et son extension à d’autres établissements, ainsi je me félicite que s’engage ce chantier, dont je souhaite qu’il en ressorte des axes forts et des propositions innovantes et justes. La recherche du bien-être de l’enfant à l’école, de sa réussite et de son épanouissement, sont des orientations assumées de la politique éducative ivryenne, inscrites dans notre Projet éducatif Local. Nous avons d’ailleurs pu, au cours du dernier Conseil d’orientation éducative, débattre de l’importance pour les plus jeunes de trouver auprès des adultes qui les entourent des signes de confiance et de bienveillance, appuis déterminant pour le développement de leur estime de soi. Nous avons aussi souvent insisté sur le rôle des parents et l’utilité du partenariat pour agir de façon coordonnée et efficiente. Nous sommes sensibles à l’idée que les niveaux d’exigence scolaire doivent rester élevés, quels que soient les niveaux des élèves, pour ne pas dévaloriser ou stigmatiser certaines écoles, mais que ce sont les méthodes pédagogiques et la prise en compte de l’élève, ou encore l’implication des parents, qui peuvent faire la différence.

Ces questions sur lesquelles les enseignants ont planché dans toutes les académies devraient sans aucun doute être une opportunité supplémentaire de renforcer la connaissance et la reconnaissance entre intervenants, la cohérence d’ensemble des actions éducatives et le partage de l’approche globale des enjeux éducatifs.

La recherche d’efficience de l’action publique est un enjeu aussi essentiel que la réduction des inégalités à laquelle je suis attentive, en tant qu’adjointe à l’Education et Vice-présidente de l’agglomération à la politique de la Ville. Je porte depuis des années le souhait de développer à Ivry un programme de réussite éducative pour accompagner l’action de l’Education nationale à l’attention des publics les plus fragiles. Tous les moyens, exceptionnels comme de droit commun, nationaux comme locaux, méritent d’être déployés pour permettre à chaque enfant de notre commune, comme à chaque jeune de France, de trouver les ressources, les bras tendus et les aides requises pour réussir.

Sandrine Bernard

Fermer le menu