Vaccination : Ivry pourrait être à la hauteur!

Afin de contribuer à l’élargissement et à l’accélération de la vaccination contre ce virus qui nous empoisonne la vie depuis bientôt un an, de nombreuses communes ont répondu présentes. Elles ont multiplié l’installation de centres de vaccination. Certaines ont même cherché à innover en déployant des unités mobiles pour aller au-devant des plus fragiles.

Dans le Val-de-Marne, 13 centres sont référencés, dont 6 dans des centres de santé locaux et 4 dans des bâtiments communaux aménagés à cet effet. De nombreux maires, de toutes couleurs politiques, se sont manifestés pour proposer les services de leur commune, bien au-delà des 13 sites retenus.

Parmi eux :

  • Champigny, 76 000 habitants, 118 millions de Budget de fonctionnement, 2 centres de santé sont mobilisés ;
  • Créteil, 1 centre de santé, 90 000 habitants, 165 millions de budget de fonctionnement,
  • Alfortville, 44 000 habitants, 1 centre municipal de santé, 69 millions de budget de fonctionnement.

De son côté, notre commune, Ivry, brille par son immobilisme : 60 000 habitants, 1 centre de santé, 148 millions de budget de fonctionnement. Ivry a déjà démontré sa faible performance depuis des mois en matière de réponse aux demandes de tests de dépistage PCR. Elle vient d’annoncer par la voie de son pétulant édile, ne pas être concernée par la vaccination. Circulez, il n’y a rien à voir !

Pour ouvrir un centre de vaccination, les Maires ont dû d’abord convaincre les autorités sanitaires, puis mobiliser les professionnels du territoire, prendre en charge l’installation opérationnelle et logistique et mettre en place une cellule d’accueil téléphonique pour la prise de rv en lien avec les plateformes numériques. Leurs personnels se sont mobilisés pour organiser ces accueils téléphoniques puis de vaccination. Pour l’intérêt général.

A Ivry, pendant ce temps, on regarde ailleurs pour savoir si ces communes pouvaient, après tous ces efforts, réserver des créneaux groupés, où les Ivryens les plus fragiles seraient conduits en car. Ce serait très généreux de leur part, alors que les centres sont pris d’assaut…

Le dédain exprimé médiatiquement pour la campagne de vaccination en cours n’est pas un effet d’humeur ; il est malheureusement cohérent avec l’inertie récurrente de la municipalité et l’absence d’une politique de santé publique au niveau local. On comprend mieux pourquoi le maire confie cette délégation au vilain petit canard de la majorité municipale, qui, de fait, s’illustre par son absence et son inaction…

Pourtant, le centre municipal de santé est tout à fait en capacité de le faire et les professionnels du territoire seraient tout autant mobilisables qu’ailleurs, tout comme le personnel municipal, jamais opposé à s’inscrire dans des démarches de solidarité, a fortiori en matière de santé publique.

Sandrine Bernard

Fermer le menu